ALGÉRIE
12/08/2015 11h:40 CET | Actualisé 12/08/2015 11h:44 CET

Arachides contaminées: un dispositif de contrôle pour bloquer la marchandise

Archives

Alerte! Des arachides contaminées à l'aflatoxine, une substance toxique produite par des champignons, peuvent se retrouver dans vos assiettes!

Une enquête a été diligenté par les services de contrôle du ministère du Commerce, auprès de l'importateur concerné demeurant au Gué de Constantine à Alger pour vérifier les conditions d'importation de cette marchandise.

En dépit de cette mesure, l'Agence de presse algérienne (APS), informe qu'une cargaison a fait cependant l'objet d'une admission sur le territoire national "sans contrôle préalable" au niveau des services aux frontières du port sec de Khemis El-Khechna à Boumerdès.

Ce qui a nécessité la mise en place d'un dispositif qui a permis de "localiser, récupérer et mettre sous scellé avec prélèvement des échantillons du container retrouvé à Blida", ajoute la même source.

Suite à cette négligence, la direction du commerce de la wilaya de Boumerdès, apprend-on encore, a procédé à la suspension de la brigade responsable de cette situation.

Les services de contrôle du ministère du Commerce, en relation avec ceux des douanes et de la policeont mis en place les mesures nécessaires au blocage d'arachides contaminées en provenance de l'Inde, placées sous scellé au port d'Alger, a indiqué, mercredi, le ministère du Commerce.

Ce dispositif a été instauré suite à des informations faisant état de l'importation d'arachides contaminées par l'aflatoxine qui est une toxine (substance toxique) produite par des champignons proliférant sur des graines conservées en atmosphère chaude et humide, le ministère dans un communiqué.

Une alerte nationale a été déclenchée par la Direction générale du contrôle économique et de la répression des fraudes du ministère du Commerce auprès des inspections territoriales et frontières afin de soumettre toutes les cargaisons d'arachides importées au contrôle systématique et au prélèvement d'échantillons qui seront analysés au niveau des laboratoires de police et du Centre algérien de contrôle de qualité et d'emballage (CAQE).

En outre, le dispositif d'alerte, entamé par le ministère du Commerce, demeure toujours en vigueur au niveau des ports et des frontières.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.