MAROC
11/08/2015 12h:10 CET | Actualisé 11/08/2015 12h:30 CET

Lutte contre la précarité, réforme de l'enseignement, caisse de compensation... Les priorités du projet de loi de finances 2016

Les Marocains devront-ils plus se serrer la ceinture en 2016?
DR
Les Marocains devront-ils plus se serrer la ceinture en 2016?

FINANCES - La préparation du projet de loi de finances (PLF) pour 2016 est lancée. Le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane vient d’envoyer aux départements ministériels une note qui présente les grandes orientations du gouvernement en matière de dépenses pour l’année prochaine.

Sans surprise, la note s’appuie sur les grandes orientations macroéconomiques prévisibles ou déjà constatées. Mais aussi sur les orientations contenues dans le dernier discours du roi.

Des efforts supplémentaires sont demandés en matière de dépenses de gestion. Objectif: une croissance à 5%, un déficit du compte courant ne dépassant pas les 2,8% et un déficit budgétaire de moins 4,3% du PIB.

Mise à niveau des domaines clés de l’économie

Sur le plan économique, la note insiste sur la mise à niveau des domaines clés de l’économie nationale, en particulier l’industrie (Plan d’accélération industrielle), le tourisme (Vision touristique 2020) et l’agriculture (Plan Maroc vert).

Les accords de libre-échange avec l'Union européenne, les États-Unis et certaines économies émergentes, devraient être mieux exploités, pour "faire profiter davantage le royaume de ces accords".

La note met en outre l’accent sur la réduction des délais de paiement des marchés publics, en plus de l’acquittement des arriérés cumulés par les administrations et établissements publics.

La caisse de compensation devrait connaître une nouvelle baisse des subventions. Afin d'y remédier, les couches défavorisées recevront des aides directes.

Lutte contre la pauvreté et amélioration des conditions de la femme

Sur le plan social, la priorité sera donnée à la lutte contre la pauvreté et la précarité dans les zones reculées et enclavées. Cela devrait passer par une mise à niveau des infrastructures et des services sociaux fondamentaux, en particulier la santé, l'enseignement, l'électrification et les routes.

Dans sa note, le Chef du gouvernement se penche également sur la réforme de l'enseignement qui se veut une "garantie de l'immunisation de l'individu et de la société contre l'ignorance et la pauvreté et les tendances d'extrémisme".

Autre priorité: l’amélioration des conditions de la femme via la promotion de l’égalité des chances dans l’emploi, le soutien des veuves en situation précaire et l’accompagnement des femmes en milieu rural et dans les quartiers urbains défavorisés à travers les activités génératrices de revenu.

Le projet de loi relatif à la lutte contre les violences faites aux femmes, qui n’a toujours pas été adopté deux ans après son examen en Conseil de gouvernement, devrait être adopté.

Sans surprise, des mesures devraient être prises pour mettre fin aux dysfonctionnements que connaissent certains consulats, avec notamment une amélioration de l’accueil et une simplification des procédures.

Au niveau de la régionalisation, l’orientation est de mettre en œuvre "les lois organiques de la région et des autres collectivités territoriales".

L'envoi de cette traditionnelle note de cadrage est une étape importante dans l'élaboration du budget de l'État. C'est aussi un acte politique important pour le Chef du gouvernement qui affiche ainsi ses premiers choix. Les départements gouvernementaux concernés doivent soumettre leurs propositions au ministère des Finances avant le 31 août.

LIRE AUSSI:

Après les produits pétroliers, le Maroc s'apprête à cesser de subventionner le gaz