ALGÉRIE
07/08/2015 05h:33 CET | Actualisé 07/08/2015 05h:33 CET

Piqûre de moustique: ce qu'il se passe dans notre corps et les signes d'une réaction anormale

Mosquito (Culicidae sp) feeding, close-up
Geoff du Feu via Getty Images
Mosquito (Culicidae sp) feeding, close-up

On est en plein milieu de l'été et évidemment, on part faire des randonnées, du camping et on se prélasse dans notre jardin. Et les moustiques adorent ça.

Pendant les chaudes journées estivales, à l'aurore et à l'aube, les moustiques s'amusent à piquer un peu partout les humains qui ne se doutent de rien (certaines personnes sont en fait génétiquement prédisposées à attirer les moustiques, selon une étude).

D'après Jonathan F.Day, professeur d'entomologie (étude des insectes) à l'université de Floride, on se fait piquer quand une femelle explore la peau avec sa bouche et trouve un lit capillaire - c'est-à-dire un ensemble de capillaires qui relient les veines aux artérioles - à proximité de la surface de la peau.

"Dans ce processus, le moustique libère de la salive sous la peau de son hôte à chaque endroit qu'il explore", explique Day. "La salive contient des protéines, ce que le système immunitaire de l'hôte considère comme des substances étrangères".

Cela entraîne une réponse immunitaire immédiate à l'endroit de la piqûre et c'est ainsi qu'on se retrouve avec un bouton qui gratte.

Bien que le plupart des piqûres de moustiques ne cause qu'un bouton et quelques jours de démangeaison, les moustiques peuvent aussi causer des sévères réactions allergiques et même être porteurs de maladies. Comment savoir si votre piqûre de moustique est plus importante qu'elle en a l'air? On y répond pour vous:

Quand ce n'est pas qu'une petite piqûre de moustique


La plupart des piqûres de moustiques sont sans danger (même si ça démange!) et se guérissent sans rien faire. Parfois cependant, une piqûre peut causer des réactions allergiques ou même des maladies graves.

Sources: CDC, University of Washington, Healthline.com, EverydayHealth.com, USGS

Graphic:Alissa Scheller/The Huffington Post

Cet article, précédemment publié sur le Huffington Post américain, a été traduit de l'anglais.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.