MAROC
07/08/2015 14h:40 CET | Actualisé 08/08/2015 06h:05 CET

La Samir: l'Etat prend le dossier en main

L'Etat au chevet de la Samir
DR
L'Etat au chevet de la Samir

RAFFINAGE - “L’Etat a pris le dossier en main et cherche une solution définitive“. C’est par ces mots que le gouverneur de Mohammedia s’est adressé ce vendredi 7 août aux 1.500 salariés de la Samir, rapporte Médias 24. Salem Chagaf a ainsi tenu à rassurer les salariés de l’unique raffineur du pays, inquiets pour leur avenir.

Et pour cause, leur employeur est dans de mauvais draps: lourdement endetté et touché par le recul des cours de pétrole, le raffineur a suspendu une partie de ses activités mercredi 5 août.

Le lendemain, la Samir a vu sa cotation valeur suspendue de la Bourse de Casablanca par le Conseil déontologique des valeurs mobilières.

Pour palier cette situation inédite, le ministère de l’Energie a pris les dispositions nécessaires pour approvisionner normalement le marché local. Selon l'Economiste, "le site de Mohammedia est quasiment en situation de réquisition (par les autorités publiques, ndlr) ".

Les autorités locales réfléchissent à plusieurs scénarios. Selon Médias 24, qui cite des sources proches des actionnaires minoritaires de la Samir, l'hypothèse d’une reprise par un groupe d’actionnaires marocains, avec l’apport d’un groupe professionnel étranger, serait l’une des meilleures options pour sauver la boîte.

Même son de cloche chez Abdel Khalek Touhami, de l’Institut National de Statistiques et de l’Economie Appliquée, qui estime au micro de Medi 1 Radio qu’un retour à la normale de la production de la Samir risque de passer par "une restructuration profonde de l’entreprise et avec de nouvelles alliances stratégiques".