MAROC
07/08/2015 11h:16 CET | Actualisé 07/08/2015 11h:16 CET

Affaire CGI: Nouvelle audience le 29 octobre

Anass Alami (CDG) et Ali Ghannam (CGI) ont été suspendus de leurs fonctions en novembre 2014
MAP
Anass Alami (CDG) et Ali Ghannam (CGI) ont été suspendus de leurs fonctions en novembre 2014

PROCÈS - Le feuilleton CGI continue. Jeudi 6 août, le juge d’instruction près la cour d’appel de Fès a brièvement reçu les prévenus, avant de fixer un nouveau procès de confrontation le 29 octobre.

A la barre, ils sont 26 prévenus, dont l'ancien directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), Anas Houir Alami, et l’ancien directeur général de la Compagnie générale immobilière (CGI), Mohamed Ali Ghannam.

Les prévenus sont sous le coup d’une instruction judiciaire pour suspicion de dilapidation de deniers publics, faux et usage de faux, escroquerie et abus de confiance ou encore constitution de bande criminelle.

De lourdes accusations qui font suite au plus gros scandale de l’histoire du promoteur immobilier marocain. Août 2014, des plaintes sont adressées par des clients MRE au roi, pour des "malfaçons graves" dans des logements construits par la CGI. Le projet en question s'appelle Madinat Badès, à Al Hoceima au nord du pays.

L'enquête a été confiée à la Brigade nationale de la police judiciaire, qui collabore avec l’Inspection générale des finances et l’Inspection générale de l’administration territoriale.

LIRE AUSSI: