ALGÉRIE
07/08/2015 15h:17 CET | Actualisé 16/08/2015 11h:09 CET

Réda Hassaine, algérien, espion du MI5 chez Abou Hamza, risque de devenir SDF

Il s'appelle Réda Hassaine. C'est un algérien établi à Londres où il a été, durant les années 90, le correspondant de plusieurs journaux algériens. En Grande-Bretagne, il est surtout connu pour avoir été un agent du MI5 pour lequel il a espionné le prêcheur islamiste radical Abou Hamza.

Aujourd'hui il risque d'être un SDF et il l'a dit au journal britannique Evening Standard : "j'ai risqué ma vie en espionnant Abou Hamza, maintenant je risque de perdre mon "council home" (logement social)".

L'ancien agent du MI5 à la mosquée de Finsbury Park, où officiait Abou Hamza Al-Masri, alias "hook" (crochet), emprisonné en 2004 et extradé en 2012 vers les Etats-Unis, a fait état de son "choc" après avoir reçu un avis d'expulsion de son logement social.

Selon des officiels en charge de ces logements sociaux, cité par le journal britannique Réda Hassaine n'aurait pas respecté les termes de son bail en étant absent pendant de longues périodes. Ce que nie l'ancien espion de sa majesté en insistant sur le fait qu'il était contraint, pour cause de fatwa pesant sur lui, de garder un "profil bas complet".

Ce profil bas l'amène à ne pas répondre aux visiteurs qui sonnent chez lui sans préavis et également à s'en absenter pendant des semaines.

Du côté de l’œil borgne d’Abou Hamza

Hassaine dit avoir été payé une "maigre pitance" pour avoir informé le MI5 et la Special Branch de Scotland Yard sur les activités d'Abou Hamza à la mosquée de Finsbury Park dans les années 90 et au début des années 2000. Il aurait veillé, explique-t-il à se placer à se placer du côté de l'œil aveugle d'Abou Hamza (qui était borgne) pour ne pas éveiller ses soupçons.

Ses activités d'espionnage ont été brutalement interrompues lorsque des partisans d'Abou Qatada, un autre islamiste radical officiant à Finsbury Park, l'ont sévèrement tabassé.

hassaine livre

Le livre de "l'espion"

M. Hassaïne qui "informait" également les services français sur les "activités d'extrémistes algériens" à la mosquée était présent en janvier dernier à New York pour le procès qui a vu la condamnation d'Abou Hamza à la prison à vie.

"Abou Qatada est libre"

Hassaine qui dit "apprécier la sécurité et l'anonymat de son appartement à Londres" affirme avoir été choqué de recevoir une mise en demeure de quitter les lieux. Selon le Conseil qui gère ces logements sociaux, les locataires sont tenus de l'informer s'ils s'absentent pour une durée de plus d'un mois.

Hassaine déclare qu'il a fait "son devoir à l'égard de la société britannique, qu'il ne veut pas d'argent mais qu'il veut juste la sécurité". Selon lui, sa vie est menacée et il doit prendre en charge sa sécurité.

"Abou Qatada est maintenant libre en Jordanie" souligne-t-il et les choses ne sont pas finies pour lui. "Quelques-uns pourraient penser un jour que je suis le billet qui leur permettra d'aller au paradis".

Extradé de Grande Bretagne vers la Jordanie en juillet 2013, Abou Qatada a été jugé en septembre 2014 par la cour de sûreté de l'Etat en Jordanie qui l'a acquitté de l'accusation de planification d'attentats terroristes contre des touristes en 2000 et décidé de sa "libération immédiate."

LIRE AUSSI : Abou Qatada, "l'ambassadeur de Ben Laden en Europe" acquitté en Jordanie

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.