MAGHREB
05/08/2015 08h:34 CET | Actualisé 05/08/2015 11h:43 CET

Une Britannique passe avec son arme à l'aéroport de Tunis? Le ministère du Transport compte "vérifier la véracité" de l'info

Une Britannique passe avec son arme à l'aéroport de Tunis? Le ministère du Transport enquête
Rusty Clark - hottnfunkyradio.com/Flickr
Une Britannique passe avec son arme à l'aéroport de Tunis? Le ministère du Transport enquête

Une enquêtrice britannique aurait réussi à passer les contrôles de police de l'aéroport Tunis-Carthage avec son arme de service sans que celle-ci ne soit détectée. C'est ce qu'affirmait lundi l'hebdomadaire Jeune Afrique sur son site internet.

"Il semblerait que Londres ait conseillé à ses ressortissants de quitter le pays, non pas en raison de l'attaque de Sousse mais plutôt suite à des manquements lors d'un contrôle à l'aéroport de Tunis-Carthage", suggère alors le journal, affirmant que l'enquêtrice "avait aussitôt informé sa hiérarchie, déclenchant l’alerte lancée par les autorités britanniques".

Réagissant à l'article de Jeune Afrique, qui a largement été repris et commenté sur les réseaux sociaux, le ministère du Transport a annoncé qu'il comptait "vérifier la véracité de l'information", en coordination avec le ministère de l'Intérieur et le ministère des Affaires étrangères, sans donner plus de détails.

Les autorités tunisiennes ont essuyé un flot de critiques concernant un dispositif sécuritaire jugé défaillant après l'attentat sanglant de Sousse, perpétré quelques mois après l'attaque du Bardo.

Le 26 juin dernier, un homme armé avait ouvert le feu sur une plage et dans un hôtel à Port El Kantaoui, près de Sousse, tuant 38 touristes étrangers, dont 30 Britanniques.

Deux semaines plus tard, Londres avait conseillé à ses ressortissants de quitter la Tunisie, indiquant ne pas croire que "les mesures mises en place (par le gouvernement tunisien) soient suffisantes pour protéger actuellement les touristes britanniques".

LIRE AUSSI:Londres conseille aux touristes britanniques de quitter la Tunisie car "une nouvelle attaque terroriste est hautement probable"

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.