MAROC
28/01/2015 14h:17 CET | Actualisé 24/04/2016 05h:26 CET

Sport au Maroc: Les signes que vous êtes un sportif du dimanche...

DR

  • Le simple fait de prononcer le mot "sport" vous épuise. Un peu comme après la séance rfissa de l’walida, votre coach d’endurance préférée.
  • Lorsque, tous les trente-six du mois, vous programmez un footing à la forêt du Hilton ou au parc de la Ligue Arabe, tout le monde le sait. Vous en parlez à vos collègues depuis une semaine, vous annulez votre hypothétique brunch avec vos amis, et prenez même le soin d’en informer un(e) ou deux ex, des fois qu’ils/elles douteraient de vos récentes performances physiques.
  • Zoom sur vos baskets, filtre sur les arbres, panoramique de la piste… En vrai, vous passez plus de temps à poster des photos sur Instagram qu’à courir. On ne le dit pas assez, mais les compliments et autres "tbarkellah 3lik" aident à brûler les calories.
  • D’ailleurs, la propreté de vos chaussures de sport, portées une fois et demi depuis leur achat, est inversement proportionnelle à celle de vos poumons yarbi salama.
  • Votre devise préférée: rien ne sert de courir, lli zreb risque de mourir.
  • Au lycée, inexplicablement, le cours de sport était celui où vous tombiez soudainement malade. Bronchite, gastro, srisra, l’éventail de vos excuses n’avait d’égal que l’exaspération de vos professeurs.
  • Personne ne veut vous croire, mais vous êtes possédé par un djinn nommé 3guez. C’est même lui qui tient en otage votre carte d’adhésion au club de sport et la fait trôner depuis trois ans au-dessus de la télé.
  • On vous a déjà proposé un trek vers les ergs du Drâa. Histoire de décliner poliment, vous vous êtes inventés une vieille tante que vous avez aussitôt assassinée, préférant passer votre semaine de vacances d’Aïd El Kébir à manger du chwa.
  • Vous n’êtes peut-être pas Hicham El Guerrouj, mais vous avez le sens de l’amitié : votre meilleur pote habite au dernier étage d’un immeuble sans ascenseur, et pour lui, vous bravez sans cesse les risques de courbatures.
  • Quand vous évoquez de votre grand passé d’athlète, vous faites référence à cette lointaine époque où vous jouiez à la Wii, ou celle, encore actuelle, où vous rebranchez votre play.
  • Vous suez comme un ghanmi pendant la coupe du monde et hurlez à la mort lors de la botola. Avec ou sans crampons, au stade ou sur votre canapé, le foot, c’est de la fatigue saine.

Galerie photo 8 effets surprenants du sport Voyez les images

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.