MAGHREB
03/08/2015 06h:53 CET

Tunisie: Des habitants de Redeyef privés d'eau pendant quatre jours, la SONEDE s'explique

Mohamed Benjaballah

Les conséquences de la forte canicule de ces derniers jours se font sentir dans plusieurs régions tunisienne notamment par des coupures d'eau répétitives. À Redeyef dans le gouvernorat de Gafsa, l'eau du robinet n'est plus accessible à certains habitants depuis quatre jours, selon des témoignages d'internautes sur les réseaux sociaux.

Lakhdhar Souid, journaliste originaire de cette région, a confirmé cette information au Huffpost Tunisie, en évoquant une situation "catastrophique":

"L'eau n'est toujours pas revenue ce dimanche. Les habitants sont obligés d'acheter des citernes d'eau insalubre à des marchands. Ceux qui ont les moyens achètent de l'eau minérale", a-t-il affirmé, pointant du doigt "les défaillances du réseau de la Société nationale d'exploitation et de distribution des eaux (SONEDE)".

"Selon des habitants, l'eau est revenue hier (samedi) pendant deux heures: de 3h à 5h du matin pendant que tout le monde dormait. Aucun responsable n'a prévenu les habitants qui ne s'en sont même pas rendus compte", a-t-il poursuivi, signalant que la ville de Gafsa aussi souffrait du même problème: "Dans certains quartiers, il y a eu des coupures d'eau de 12 heures".

Contacté par le Huffpost Tunisie, le chef du service d'exploitation de la SONEDE de Gafsa, Mohamed Lamine Glanza, a nié le fait que la distribution d'eau soit totalement coupée depuis quatre jours à Redeyef:

"Il y a deux zones dans cette ville: la zone haute et la zone basse", a-t-il expliqué. "C'est dans la première (environ 30% des abonnés de la SONEDE de la ville) qu'il y a des problèmes de distribution car l'eau y arrive d'une façon discontinue, à cause de la chaleur exceptionnelle"

"Pour la zone basse (70% des abonnés), l'eau est disponible. Seulement aux heures de grosse consommation, il y a une faible pression. Parfois aussi, l'eau est coupée l'après-midi", a-t-il poursuivi.

"Nous travaillons sur une solution radicale. Nous sommes entrain de construire un réservoir d'eau et un nouveau forage qui seront prêts prochainement", a-t-il indiqué, sans ajouter plus de précisions.

Pour Lakhdhar Souid, le problème réside plutôt dans la quantité annuelle d'eau utilisée par la CPG (Compagnie des phosphates de Gafsa):

"Le pompage de la nappe phréatique pour le traitement du phosphate est exagéré: 18 millions de mètres cubes par an. Il faudrait penser à des solutions alternatives pour économiser l'eau", a-t-il dit.

La région de Gafsa est stratégique en raison de ses mines de phosphate mais reste parmi les plus pauvres de Tunisie, minée par plusieurs problèmes environnementaux et économiques que les gouvernements successifs n'ont pas su résoudre.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.