ALGÉRIE
02/08/2015 13h:07 CET

Le secteur des transports "reste sur la bonne voie", selon Oxford Business Group

DR

Avec son plan de modernisation et ses investissements, le secteur des transports en Algérie est sur la bonne voie, constate Oxford Business Group. Le cabinet américain, qui note le récent changement à la tête du ministère des Transports, évoque une réorganisation stratégique dans le secteur, aidée par le budget de 832.7 milliards de dinars alloué dans le dernier plan de développement quinquennal du pays, en dépit de la chute des prix du pétrole.

Le plan de développement 2015-2019 de l'Algérie dénote la priorité accordée à la modernisation du secteur des transports.

Oxford Business Group évoque en premier lieu la mise en oeuvre de projets sectoriels dans les infrastructures, pour évoquer ensuite le plan d'extension du réseau de la Société Nationale des Transports Ferroviaires (SNTF), qui projette, avec une enveloppe de 127 milliards de dinars, "moderniser sa flotte de trains et élargir la couverture de ses chemins de fer à 4.500 kilomètres.

La SNTF a déjà commandé 17 nouveaux wagons auprès du groupe français Alstom pour un montant de 21 milliards de dinars. "L'objectif est de donner la priorité aux lignes reliant Alger aux villes d'Oran, Constantine, Béjaia, Chlef, Biskra et Touggourt, mais aussi aux autres destinations localisées dans le Sud du pays et dans la région des Hauts Plateaux", rappelle le cabinet américain.

LIRE AUSSI: SNTF: livraison prochaine de 17 trains inter-cités par Alstom pour un contrat de 200 millions d'euros

Renforcer ses liaisons maritimes

La modernisation des transports touche aussi à la navigation maritime, où l'Algérie investit plus de 170 milliards de dinars, dans un plan de développement visant l'acquisition de 25 nouveaux navires avant la fin de l'année 2016. Le pays, dont 95% de ses importations arrivent par voie navale, entend élargir son commerce à l'Europe du Nord, les Amériques, le Moyen-Orient et l'Extrême-Orient.

Un projet déjà lancé avec la dernière acquisition par la Compagnie nationale algérienne de navigation, d'un navire de charge estimé à 2 milliards de dinars.

Le bâtiment est doté d’une capacité de 12.600 tonnes et de 700 conteneurs? Le navire est ainsi capable de transporter des céréales en vrac et plusieurs types de marchandises conteneurisées, "ces deux derniers étant particulièrement importants vu les grandes quantités de céréales et de matériels de construction importées par le pays", explique Oxford Business Group.

Redéfinir les priorités

Un développement qui sera marqué par certaines "redéfinitions" des priorités, liées à la chutes des prix du baril. Le ministre des transports, Boudjemâa Talai,avait annoncé que les projets "non essentiels" soient retardés.

"Nous avons gelé certains projets qui n’ont pas connu de lancement, le temps d'évaluer les besoins en fonction des villes et de leur développement. Les projets économiquement viables seront maintenus et leur financement sera assuré par le marché", a-t-il déclaré à Oxford Business Group.

Le responsable du secteur a affirmé que "les acquisitions dans les segments aériens, ferroviaires et maritimes se feraient comme prévues", soulignant que "l'expansion du réseau de chemin de fer, qui a un impact économique plus direct, les mesures prises pour son développement seront renforcées pour assurer la livraison à temps".

LIRE AUSSI: L'équation économique algérienne se complique avec la levée des sanctions contre l'Iran

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.