ALGÉRIE
02/08/2015 05h:00 CET | Actualisé 02/08/2015 05h:04 CET

Hassi Messaoud: entrée en production des gisements pétroliers de Bir Sebaa et Bir Msana

DR

Deux gisements pétroliers, de Bir Sebaa et de Bir Msana, situés à Hassi Messaoud, sont entrés en production ce samedi, pour renforcer la production pétrolière de l’Algérie avec un apport supplémentaire cumulé de 32.000 barils/jour dans une première phase.

Ces deux gisements ont été mis en service par le ministre de l’Energie, Salah Khebri, en présence du P-DG de Sonatrach, Amine Mazouzi, et les représentants des partenaires étrangers dans ces gisements, a rapporté l'APS.

Le gisement de Bir Sebaa, situé à 150 kilomètres au nord-est de Hassi Messaoud, assure une production initiale de 20.000 barils/j avant de passer à 40.000 barils/j à l’horizon 2019. Ses réserves sont de l’ordre de 758 millions de barils, dont 25% sont récupérables.

Ce gisement est opéré par l’association composée de Sonatrach, qui intervient à hauteur de 25%, contre 35% pour la compagnie thaïlandaise PTTEP et 40% pour le groupe vietnamien Petrovietnam.

Le groupement algéro-vietnamo-thïlandais Bir Sebaa a achevé les travaux d'exploration en 2008. Il a signé, en 2011, un contrat avec le consortium japonais Japanese Gas Corporation (JGC) and JGC Algeria SPA pour réaliser les installations industrielles de traitement de pétrole, de pipelines d'expédition de pétrole et de gaz ainsi qu'une base industrielle sur le champ de Bir Sebaa. Un investissement estimé à près de 1 milliard de dollars.

Le gisement de Bir Msana, sité à 300 kms à l’est de Hassi Messaoud, assure une production de 12.000 barils/j avec des réserves prouvées estimées à hauteur 144 millions de barils et un taux de récupération de 39%.

Il est opéré par l’association qui regroupe Sonatrach (25%), la compagnie malaisienne Petronas (35%) et l’Espagnole Cepsa (40%).

Le projet Bir Msana comprend également une base-vie et une ligne électrique de haute tension (60 KV). Il a été réalisé par le groupement sud-coréen Hyundai pour un coût d’environ 160 millions de dollars.

La production provenant de ces deux gisements mitoyens est acheminée par un réseau de pipelines construit par Kahrif vers Haoud El Hamra.

A rappeler que dans le cadre de son quota au sein de l’OPEP, la production pétrolière de l’Algérie est plafonnée à 1,2 million de barils par jour depuis décembre 2008.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.