MAROC
01/08/2015 05h:33 CET | Actualisé 23/10/2016 11h:50 CET

Ces groupes marocains emblématiques qui ont percé dans le rock

Qui a dit que les artistes marocains n'étaient pas rock'n'roll?
HuffPost Maroc
Qui a dit que les artistes marocains n'étaient pas rock'n'roll?

MUSIQUE – Qui a dit que les artistes marocains n’étaient pas rock’n’roll? Dans les années 60 et 70, des groupes de rock bien de chez nous se sont constitués et ont même réussi à faire entendre leurs voix en Europe. C'est le cas des Variations, Vigon et les Toubkal ou encore les Golden Hands… Retour sur la carrière de ces trois formations musicales emblématiques qui ont percé dans le Morock'n'roll.

Les Variations

Le band composé de trois Marocains de confession juive (Joe Leb, Marc Todaly et Isaac Bitton) est l’un des premiers groupes marocains à avoir percé dans la scène rock internationale. Formé à Paris dans les années 60, le groupe s’était imposé grâce à des titres comme Free me ou encore Moroccan Roll. Ils ont assuré les premières parties d’artistes mythiques comme Led Zeppelin ou encore Steppenwolf. Les trois rockstars marocaines ont également participé à plusieurs festivals et ont assuré une tournée en Allemagne puis au Danemark en 1967.

Vigon et les Toubkal

Il avait refait surface en 2012 dans l’émission The Voice. Vigon (de son vrai nom Abdelghafour Mohcine) est incontestablement la voix blues du Maroc. A la fin des années 50, il avait fondé le groupe Les Toubkal avec lequel il chantait principalement dans la base américaine de Kénitra. "On venait jouer pour les troufions et au passage entendre les derniers disques, qu’ils recevaient une semaine à peine après leur sortie aux Etats-Unis", confie Vigon à Libération. A partir de 1962, le groupe joue en direct dans les studios de la télévision nationale les tubes US de l’époque. Il poursuit sa carrière ensuite à Paris où il a l’occasion de collaborer avec des artistes comme Aretha Franklin, les Rolling Stones ou encore Stevie Wonder.

Golden Hands

Golden Hands voit le jour en 1969. Aziz, de son vrai nom Thami Daou El Makane, le guitariste du groupe, n’a alors que 10 ans. Très vite, les rockeurs se font connaître un peu partout dans le pays grâce au tube "L’ange et ses vampires". Trois ans plus tard, quand à 13 ans, Aziz joue un solo de Hikayet Gharam, une spectatrice s’écrie à haute voix: "Ce petit a des mains d’or". Inspiré par le compliment, l’oncle du petit Aziz trouve ce qui sera désormais le nom du groupe, les Golden Hands. S’en suivra une carrière internationale. Dans les années 70, le groupe joue notamment au Golf Drouot à Paris (alors surnommé le temple du rock) où se produisent Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc.

Galerie photo Ces groupes de rock marocains emblématiques Voyez les images