ALGÉRIE
30/07/2015 07h:08 CET | Actualisé 10/04/2016 08h:29 CET

Le gouvernement sera "exigeant" dans ses négociations avec le constructeur Peugeot

Twitter/quotidieneco

Abdesselam Bouchouareb, ministre de l'Industrie et des Mines a affirmé que des exigences seront imposées au constructeur automobile français, en négociation avec le gouvernement algérien pour "aboutir à un vrai partenariat industriel".

"Nous sommes en négociation avec Peugeot. Ce sont des discussions qui ne sont pas simples. Nous sommes aujourd'hui à un stade où on devient de plus en plus exigeants avec le partenaire" français, a-t-il affirmé à l'issue d'une réunion préparatoire de la prochaine tripartite, a rapporté l'APS.

Le responsable du secteur industriel s'est abstenu de fournir plus de détails sur les négociations, "suivies de près par le Premier ministre", avec Peugeot. Il a indiqué que l'Algérie veut " un vrai partenariat industriel qui puisse apporter des solutions à la démarche de développement de l'industrie mécanique dans notre pays".

Le ministre a eu déjà à révéler en juin dernier que les négociations avec le groupe PSA Peugeot-Citroën en vue de l'implantation en Algérie d'une usine portaient sur la fabrication de trois modèles à savoir la Citroën C-Elysée, la Peugeot 301 et la Peugeot 208.

Toujours dans le domaine de l'automobile, Mr. Bouchouareb a indiqué que la mise en oeuvre du nouveau cahier des charges fixant les conditions d'exercice des activités des concessionnaires de véhicules neufs, répondait au besoin d'organiser cette activité et la mettre en conformité avec les normes internationales en la matière.

M. Bouchouareb a fait savoir à ce propos, qu'un dernier arrêté interministériel, régissant cette activité sera publié demain jeudi au journal officiel.

Quant aux importations de véhicules, bloquées au niveau des douanes car non conformes à cette nouvelle réglementation, le ministre a fait savoir "que les quelques cas qui restent seront libérés à partir de la semaine prochaine".

La nouvelle réglementation qui oblige les concessionnaires à acheter leurs véhicules directement de chez les constructeurs, sans passer par les intermédiaires, devrait mettre fin à la surfacturation dans cette activité.

Interrogé, par ailleurs, sur le projet du code de l'investissement, le ministre a indiqué qu'il sera examiné lors de la prochaine réunion du gouvernement, prévue juste après la période des congés.

Il a ajouté qu'un consensus a été dégagé sur ce document, dont la révision a accusé un retard en raison des changements radicaux qui en étaient introduits

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.