MAGHREB
29/07/2015 11h:50 CET | Actualisé 29/07/2015 11h:53 CET

Tunisie: Bernard Cazeneuve annonce que la France va "renforcer" sa coopération antiterroriste avec la Tunisie

French Interior Minister Bernard Cazeneuve leaves after the weekly cabinet meeting in the Elysee Palace in Paris, , Wednesday March. 25, 2015.  (AP Photo/Jacques Brinon)
AP
French Interior Minister Bernard Cazeneuve leaves after the weekly cabinet meeting in the Elysee Palace in Paris, , Wednesday March. 25, 2015. (AP Photo/Jacques Brinon)

POLITIQUE - La France va "renforcer" sa coopération antiterroriste avec la Tunisie en lui fournissant notamment une unité cynophile de détection d'explosifs et en formant des unités d'intervention, a annoncé mercredi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

La Tunisie est "devenue une cible" pour les terroristes "car (elle) a réussi sa transition démocratique (et) cet espoir doit continuer de vivre", a déclaré M. Cazeneuve dans son ministère à Paris, à l'issue d'une rencontre avec son homologue tunisien Najem Gharsalli.

"La coopération progresse", elle doit "s'accélérer" et "s'intensifiera", a affirmé le ministre, qui a signé mercredi à cet égard une "lettre d'intention" avec M. Gharsalli.

Dès septembre, selon M. Cazeneuve, une unité cynophile détectant les explosifs sera mise à la disposition de la Tunisie par la France, afin "d'accentuer" la lutte contre le déminage. Les Français ont également promis des formations, dont celle d'unités d'intervention tunisiennes par les policiers et gendarmes d'élite français du Raid et du GIGN.

M. Cazeneuve a fait part de la "détermination sans faille" de la France pour "renforcer" la coopération. Un "impératif politique", mais aussi "sécuritaire" car c'est "proche de nos frontières", a-t-il fait valoir.

"Mon pays est devenu démocratique" et est "menacé" par le terrorisme, a déclaré M. Gharsalli. "Nous sommes déterminés à défendre les mêmes valeurs (...) avec nos alliés européens et américains. Nous avons les mêmes ennemis et les mêmes objectifs", a-t-il ajouté, en affirmant vouloir "bâtir une nouvelle phase de coopération" avec la France.

La Tunisie fait face depuis la révolution de 2011 à un essor de la mouvance jihadiste, qui a tué plusieurs dizaines de militaires et de policiers depuis fin 2012. Depuis les attaques en juin à Sousse (38 touristes tués) et en mars au musée du Bardo à Tunis (22 morts, dont 21 touristes), revendiquées par le groupe État islamique, le pays paraît de plus en plus menacé.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.