20/07/2015 04h:48 CET | Actualisé 20/07/2015 04h:49 CET

Les chiffres choc sur le taux d'activité des femmes au Maroc

EMPLOI - L'Agence japonaise de coopération internationale (JICA) a livré les résultats d'une étude sur la participation des jeunes femmes au marché du travail au Maroc. Selon les chiffres de la JICA, plus de 53% des jeunes femmes inactives ne peuvent travailler en raison de contraintes familiales.

Basée sur des chiffres du Haut-commissariat au plan (HCP), de la Banque mondiale ou encore du ministère de l'Education nationale, l'étude tente de répondre à la question: "Pourquoi la participation des femmes au marché de travail est-elle si basse au Maroc et dans les pays du Maghreb?".

L'approche choisie par la JICA prend en considération "le rôle joué par les institutions sociales", les "normes socioculturelles, les caractéristiques démographiques et les aspects relatifs au ménage", pour expliquer la faible participation des jeunes femmes (âgées entre 15 et 24 ans) au marché du travail.

53.5% des jeunes femmes qui ne travaillent pas expliquent cela par des contraintes familiales

Ce chiffre de la Banque mondiale, repris par la JICA, trouve écho dans celui révélé par le ministère de l'Emploi il y a quelques semaines: 100.000 femmes actives se reconvertissent annuellement en femmes au foyer.

Selon un sondage réalisé par la JICA dans le cadre de cette étude, 12.5% des jeunes femmes inactives avancent que leurs parents ne les autorisent pas à travailler, tandis que 33.2% n'exercent pas de métier en raison du refus de leur mari.

Globalement, donc, 45.5% des jeunes femmes inactives le sont en raison de l'opposition familiale, tandis que 30.34% estiment qu'elles ne peuvent travailler et se consacrer à leur ménage en même temps, et privilégient de s'occuper de leur foyer.

Le taux d'activité des femmes dépend de leur niveau d'éducation

93% des jeunes femmes détentrices d'un certificat d'études primaires ne travaillent pas, contre 81% pour celles qui ont achevé leur études secondaires. Celles qui ont fait des études supérieures ne sont que 37% à être inactives.

60% des marocains considèrent que pour une femme, être au foyer ou exercer un métier, c'est pareil

Un sondage sur les valeurs sociales réalisé par la JICA dans le cadre de cette étude révèle que 60% des marocains estiment qu'une femme au foyer tire autant de satisfaction qu'une femme active.

29% des personnes sondées s'opposent à cette opinion. Pêle-mêle, 64% des marocains pensent que lorsqu'une mère travaille, cela a une influence négative sur l'éducation de son ou ses enfants, et 54% pensent que les hommes font de meilleurs managers que les femmes.

LIRE AUSSI: