MAROC
16/07/2015 15h:01 CET | Actualisé 17/07/2015 06h:01 CET

Benkirane sur sa torture en 1982: "J'ai demandé à ce qu'on me tue, plutôt que de me laisser dans cet état

DR

INCARCÉRATION - Après qu'il a révélé, pour la première fois en mai 2015, avoir été torturé suite à sa participation à une manifestation, Abdelilah Benkirane revient sur son parcours carcéral, dans un entretien accordé à Alyaoum24.com . S'il n'a duré que deux mois, il s'est déroulé à Derb Moulay Cherif, où le secrétaire général du PJD a subi tortures et mauvais traitements.

C'est en janvier 1982 que l'actuel Chef du gouvernement a été arrêté par les autorités. Alors âgé de 28 ans, Benkirane était l'un des chefs de file de la Chabiba Islamyia . La cause de son arrestation? La découverte, par les autorités, d'une branche secrète de la Chabiba à Tanger.

Benkirane sera donc incarcéré dans le tristement célèbre centre de détention de Derb Moulay Cherif, où nombre de militants et d'opposants du régime perdront la vie, suite aux tortures qu'ils ont subies. De janvier 1982 au mois de mars de la même année, le secrétaire général du PJD subira tortures et mauvais traitements. A tel point qu'il demandera à ses tortionnaires: "tuez-moi, plutôt que de me laisser dans cet état".

Alors que son état de santé se dégradait, en mars 1982, il est convoqué par les gardiens de la prison, qui le menottent et l'embarquent dans une voiture de police, sans pour autant l'informer sur la destination du voyage. Benkirane explique même à Alyaoum24 qu'il croyait "qu'ils l'emmenaient au bagne de Kelaat M'gouna", un centre de détention secret où les conditions d'incarcération étaient bien plus sévères que celles de Derb Moulay Cherif.

Remarquant son air effrayé, le garde qui l'accompagnait le rassure, en lui expliquant qu'ils se dirigeaient vers l'hôpital, où Benkirane se verra prodiguer les soins nécessaires. "Quand il m'a dit cela, j'ai eu l'impression qu'on m'annonçait que j'allais au paradis", déclare le Chef du gouvernement à Alyaoum24. Abdelilah Benkirane restera un mois à l'hôpital, et recouvrira sa liberté immédiatement après.

LIRE AUSSI:

blockquote>Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.