MAGHREB
14/07/2015 06h:11 CET | Actualisé 14/07/2015 06h:31 CET

Le gouvernement de Tripoli critique la construction d'un mur par la Tunisie

Capture/France 2

POLITIQUE - Le gouvernement libyen installé à Tripoli a vivement critiqué la construction par la Tunisie d'un mur à la frontière, avertissant que cet ouvrage ne garantirait pas la stabilité de son voisin.

Dans un communiqué reçu par l'AFP, ce gouvernement non reconnu par la communauté internationale et soutenu par la coalition de milices Fajr libya a estimé que "toute mesure destinée à sécuriser la frontière entre les deux pays doit faire l'objet de consultations bilatérales car aucune décision unilatérale ne peut garantir la sécurité" de la Tunisie.

"Nous appelons les autorités tunisiennes à coordonner et à dialoguer" au sujet de la sécurité des frontières, ajoute-t-on.

Le gouvernement tunisien avait fait état le 8 juillet de la construction d'un mur de 168 kilomètres le long de la frontière tuniso-libyenne. Une mesure destinée à "endiguer la menace terroriste", selon les autorités de Tunis.

Cette annonce intervenait douze jours après un attentat dans une station balnéaire près de Sousse où 38 touristes ont été tués par un jihadiste tunisien.

C'est dans un camp en Libye, selon les autorités tunisiennes, que s'était formé aux armes ce jihadiste ainsi que les auteurs de l'attentat contre le musée du Bardo, à Tunis, le 18 mars qui avait fait 22 morts dont 21 touristes.

La Libye est livrée au chaos depuis la chute du colonel Mouammar Kadhafi en 2011. Les activités de contrebande de produits alimentaires et de carburant, et surtout le passage de jihadistes à travers la frontière poreuse séparant les deux pays inquiètent les autorités tunisiennes confrontées depuis quatre ans au regain d'une mouvance jihadiste.

Après la prise de la capitale Tripoli par Fajr Libya l'été dernier, le gouvernement reconnu par la communauté internationale a dû se réfugier dans l'est du pays.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.