MAGHREB
14/07/2015 07h:40 CET | Actualisé 14/07/2015 12h:19 CET

Le poète Sghaïer Ouled Ahmed n'est pas mort

Wikimedia

SOCIETE - Dimanche, sur la version en ligne du journal La Presse, un article aujourd'hui non consultable est paru annonçant la mort du poète tunisien Sghaïer Ouled Ahmed. Cet article a été publié à la suite de rumeurs sur les réseaux sociaux.

Plusieurs éléments font de ce poète une tête à faire tomber. En tenant des propos parfois controversés, il se positionne en tant qu'opposant aux islamistes, comme peuvent en témoigner ses statuts Facebook parus dimanche contre l'assimilation de la religion à la Nation. Egalement, il a une santé fragile: il se bat contre un cancer depuis trois mois. L'annonce de sa maladie sur Facebook il y a plusieurs mois a donné lieu à une visite à son chevet d'officiels membres du parti Ennahdha tels que l'ancien ministre Samir Dilou.

Né en 1955 à Sidi Bouzid, le poète tunisien Mohamed Sghaier Ouled Ahmed travaille d’abord comme animateur culturel puis connaît le chômage de 1987 à 1991. Dans les années 90 à Paris, il rêve de créer une maison de la poésie en Tunisie et ne cessera de travailler depuis pour la réalisation de ce projet. En 1992, il refuse une décoration nationale d’art et de culture. En 1993, sa constante détermination est récompensée par l’inauguration à Tunis de la Maison de la poésie. Marquée par les années noires de la Tunisie, sa poésie dit le désenchantement, les peines et l’esprit de liberté et de révolte de toute une génération.

La fausse déclaration de sa mort, annoncée sur Twitter par le rédacteur en chef du site Lotfi Ben Sassi:

Le poète a répond udimanche soir avec humour en publiant "Bonjour... C'est moi Ouled Ahmed" ainsi que la chanson Je voudrais pas crever de Têtes Raides (texte de Boris Vian). Il considère que le lancement de la rumeur de sa mort constitue en elle-même une menace de mort.

Le site "La Presse News" a rectifié son erreur en publiant un article d'excuse dans la nuit.

LIRE AUSSI :

  • Les poèmes de Amokrane Nourdine les plus récents ici, ici et ici

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.