MAROC
13/07/2015 13h:02 CET | Actualisé 13/07/2015 13h:21 CET

Pour Mustapha El Khalfi, "les médias audiovisuels véhiculent une image stéréotypée de la femme"

google image

STÉRÉOTYPES - Dans une interview accordée au quotidien Al Massae, le ministre de la Communication Mustapha El Khalfi a tiré droit sur les médias marocains, notamment audiovisuels. Pour lui, ces derniers ne contribuent pas suffisamment à la promotion d'une meilleure image de la femme.

"L'image de la femme véhiculée dans l'audiovisuel est bien éloignée des ambitions que nous nous sommes fixées, de nos valeurs, (...) et est peu respectueuse des engagements pris par le Maroc, lorsqu'il a adopté des conventions internationales" visant à améliorer la situation de la femme marocaine.

Dans cet entretien paru lundi 13 juillet, le porte-parole du gouvernement juge que les médias "ne remplissent pas correctement leur rôle, lorsqu'il s'agit de rehausser l'estime et l'image de la femme marocaine, et de lui donner la place qu'elle mérite."

"Il est devenue habituel, pour parler de l'image stéréotypée et dégradante de la femme, d'évoquer le discours publicitaire. Or, les discours rabaissant la femme sont loin d'être l'unique apanage de la publicité", a déclaré El Khalfi, expliquant que ce discours se retrouve également dans les sphères qui, "normalement, devraient prêter main forte à la démocratisation, au développement et à la promotion des libertés et de la diversité dans notre pays."

Le ministre de la Communication s'est également vanté de l'avancée que constitue le vote d'un projet de loi amendant la loi 77.03 relative à l'audiovisuel, début juin. Le projet de loi vise à interdire les publicités véhiculant des messages sexistes, des stéréotypes négatifs, une image d'infériorité ou qui incitent à la discrimination à l'égard de la femme en raison de son sexe.

Le vote de ce projet de loi intervient dans le cadre du plan gouvernemental pour l'égalité, baptisé "Ikram", présenté il y a deux ans par la ministre de la Solidarité, de la femme et de la famille Bassima Hakkaoui.

LIRE AUSSI :

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.