13/07/2015 12h:14 CET | Actualisé 17/07/2015 15h:29 CET

Maroc: "Le chômage et les mauvaises performances économiques augmentent la menace islamiste", selon Foreign Policy

L'exception marocaine est-elle menacée par Daech?
AFP
L'exception marocaine est-elle menacée par Daech?

ANALYSE - "Le chômage et la stagnation alimentent l’extrémisme religieux au Maroc", selon le magazine américain Foreign Policy. Le bimestriel rappelle que l’organisation Etat islamique (EI) a profité de l’instabilité politique et économique de certains pays comme l’Irak, la Syrie et la Libye pour s’y installer.

Malgré la situation politique du royaume qui est sorti "plus fort" du printemps arabe grâce aux différentes réformes entreprises par le roi Mohammed VI, "l'exception marocaine" pourrait être mise en danger "face à la menace de Daech".

"Il n’y a pas une semaine qui passe sans que les autorités marocaines annoncent l’arrestation de jihadistes affiliés à l’organisation", relève Foreign Policy. Le nombre de Marocains qui auraient rejoint les rangs de l’EI depuis le début du conflit en Syrie et en Irak est estimé à un millier, selon le magazine, qui relève "l'inquiétude des autorités quant au retour au pays des combattants marocains".

Foreign Policy explique la radicalisation d’une certaine tranche de la société marocaine par "le niveau de pauvreté, d’inégalité, d’analphabétisme et du chômage parmi les diplômés récents".

Le taux de chômage était descendu à 9,1% en 2010 et a ensuite stagné. "Il n’y a eu que 21.000 nouveaux emplois créées en 2014", souligne le magazine. La croissance économique a également baissé à une moyenne de 3,7% entre 2011 et 2014.

"Afin de créer une stabilité sociale et économique qui permettra au pays de contrer la menace extrémiste, il est essentiel pour le Maroc de compléter sa transition d’une économie de rente à une économie moderne orientée vers la production", conseille Foreign Policy. Le Maroc doit remédier à la situation actuelle rapidement "pour ne pas plonger dans la violence".

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.