ALGÉRIE
13/07/2015 11h:11 CET | Actualisé 13/07/2015 11h:20 CET

L'anthropologue Ahmed Ben Naoum dénonce un mensonge "construit": le conflit à Ghardaïa n'est pas ethnique

ahmed ben naoum L'anthropologue algérien Ahmed Ben Naoum n'est pas content des assertions émises dans la presse algérienne au sujet de la nature présumée ethnique des violences à Ghardaïa.

Ce sont des "énormités racistes" explique-t-il avec sévérité au journal El Watan en rétablissant la bonne orthographe des Cha'anba, la partie présentée, à tort, comme étant "arabe" dans de nombreux médias y compris algériens.

Les "cha'anba" sont des berbères Zénètes et ne sont pas des arabes, rappelle-t-il. Tout en faisant la part de l'ignorance, l'anthropologue estime qu'il existe une entreprise délibérée pour les présenter comme des "arabes" afin de donner à la crise dans la vallée du M'Zab une tonalité ethnique ou une "minorité" serait menacée.

Dire que les Cha'anba sont des arabes "constitue au mieux une erreur due à l'ignorance, au pire à un mensonge consciemment construite diffusé en vue de NUIRE. C'est une contre-vérité historique. Ils ne sont aucunement une fraction de B’ni H’lel ou B’ni Soleym.".

Professeur d’anthropologie à l’Université de Perpignan et ancien directeur du Centre National de Recherches Préhistoriques Anthropologiques et Historiques d’Alger (CNRPAH) souligne que les cha'anba font "partie de la majorité Zénète de ce pays… Ils ont été arabisés comme l’ont été les autres Zénètes, sauf à dire qu’ils expriment leur culture dans une des langues arabes qu’ils ont largement "zénétisée" dans la morphologie et la syntaxe".

Il n'a jamais été question, dit-il, "de berbères et d’arabes comme certains veulent le faire croire" en investissant "à posteriori les problèmes du nord dans ceux du sud. Non plus qu’entre malékites et ibadhites."
.

"Dans la gueule du monstre"

Pour lui, des "agendas extérieurs et des intérêts locaux" se conjuguent dans le "complexe des causes des flambées de violence devenues chroniques, notamment les mafias du foncier, la prolétarisation et la sédentarisation effrénées des dizaines de milliers de nomades de tout horizon, parmi lesquels les Cha'anba, et l'arrivée de gens du nord en masse, dans une vallée exiguë, où ne vivaient que les ibadhites (…)"

Pour lui, ceux qui veulent le présenter comme un problème entre "arabes" et "berbères" prennent leur "fantasmes pour des réalités". Il souligne que les "ibadhites parlent la langue des Zénètes et l’arabe des Zénètes. Ils ont toujours été parfaitement bilingues et ont toujours été instruits en arabe".

L'Algérie, souligne-t-il dans une mise en garde sévère, "gène des intérêts colossaux" et elle "tombera si nous ne prenons pas conscience que nous sommes déjà dans la gueule du monstre".

L'anthropologue note que "notre ignorance de notre propre histoire crée la division dans notre société". Il dénonce la "nullité voulue et construite" de l'université algérienne qui devient ainsi un "instrument actif" d'une future déstabilisation du pays.

LIRE AUSSI : À Ghardaïa, des Algériens sont morts, l'Algérie est blessée

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.