ALGÉRIE
08/07/2015 07h:13 CET | Actualisé 08/07/2015 14h:04 CET

Rapport américain sur les droits de l'Homme: l'ambassadrice des Etats-Unis reçu au siège du MAE

Archives

Le chapitre consacré à l'Algérie dans le rapport du département d'Etat américain sur la situation des droits de l'Homme en 2014 suscite toujours le mécontentement du gouvernement algérien.

Après un communiqué publié le 6 juillet exprimant ce courroux des autorités algériennes au sujet du contenu du rapport, le ministère des affaires étrangères est passé à un autre stade. Le département de Ramtane Lamamra a effet convoqué l'ambassadrice des Etats-Unis à Alger pour lui faire part du désaccord de l'Algérie avec le contenu du rapport.

L'agence de presse algérienne (APS) indique avoir appris auprès du porte parole du ministère des affaires étrangères Abdelaziz Benali Cherif la convocation de Mme Joan Polachik, ambassadeur des Etats-Unis en Algérie.

LIRE AUSSI : La corruption en Algérie vue de Washington: un Etat peu transparent où Chakib Khelil n'est plus "Wanted"

"Consécutivement à la publication lundi du communiqué du ministère des affaires étrangères suite au rapport sur la situation des droits de l'Homme dans le monde en 2014, L'ambassadeur des Etats-Unis en Algérie, Joan Polaschik, a été reçue au ministère", a déclaré M. Benali Cherif à l'APS.

LIRE AUSSI: Rapport US sur les droits de l'homme: "stéréotypes, appréciations partiales et conclusions simplistes", selon le MAE

"Une communication formelle a été faite à l'ambassadeur des Etats-Unis sur l'évaluation et l'appréciation par le gouvernement algérien du rapport en question", a ajouté le porte-parole.

Le ministère des Affaires étrangères avait indiqué lundi dans un communiqué que le document intitulé "Rapport sur la situation des droits de l'Homme dans le monde en 2014", diffusé par le Département d'Etat américain "ne fait que prolonger, voire même accentuer, en ce qui concerne l'Algérie une inclination bureaucratique portée sur la reproduction mécanique de stéréotypes ainsi que de références désuètes, d'appréciations partiales et de conclusions simplistes".

LIRE AUSSI:Corruption: L'Algérie recule de 6 places dans le classement 2014 de Transparency International

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.