MAGHREB
07/07/2015 09h:41 CET | Actualisé 07/07/2015 14h:32 CET

Attentat de Sousse: Voici la liste des mosquées fermées et des responsables sécuritaires limogés

Kamel Jendoubi, Minister to the Prime Minister in charge of Relations with Constitutional Bodies and the Civil Society, gestures during a press conference in Tunis, Tunisia, Thursday, July 2, 2015. The Islamic State group claimed responsibility for the attack, in which a Tunisian student opened fire on a beach in the resort of Sousse. The attacker was later killed by police. (AP Photo/Darko Vojinovic)
ASSOCIATED PRESS
Kamel Jendoubi, Minister to the Prime Minister in charge of Relations with Constitutional Bodies and the Civil Society, gestures during a press conference in Tunis, Tunisia, Thursday, July 2, 2015. The Islamic State group claimed responsibility for the attack, in which a Tunisian student opened fire on a beach in the resort of Sousse. The attacker was later killed by police. (AP Photo/Darko Vojinovic)

POLITIQUE - "Le premier devoir du gouvernement est d'utiliser tous les moyens disponibles pour assurer la sécurité de son peuple et de ses invités", a indiqué Kamel Jendoubi, ministre en charge des relations avec les institutions constitutionnelles et la société civile lors d'une conférence de presse mardi 7 juillet.

"Il fallait répondre avec force et ténacité", a ajouté le ministre pour justifier la déclaration de l'état d'urgence en Tunisie.

C'est dans cette optique qu'il a annoncé que 600 agents de la garde nautique avaient été déployés le long des côtes en plus des 1377 qui étaient déjà sur place.

Composée de plusieurs ministres, la cellule de communication du gouvernement a par ailleurs donné des précisions sur l'avancement de l'enquête sur l'attentat de Sousse.

"L'assassin n'était pas seul", a confirmé M. Jendoubi en faisant allusion à "plusieurs réseaux qui agissent avec de nouvelles stratégies à travers des cellules dormantes".

Les jihadistes seraient recrutés en Tunisie puis "déplacés en Libye pour approfondir l'esprit terroriste", avant de "réintégrer la Tunisie pour commettre des attentats".

Parmi les mesures du gouvernement, le ministère du Développement et la coopération internationale a demandé "aux partenaires d'accélérer les projets de protection de la frontière tuniso-libyenne", a indiqué Yassine Brahim.

Plusieurs gouvernements étrangers avaient annoncé une aide accrue pour la protection de cette frontière après les attentats du Bardo, le 18 mars 2015.

La cellule de communication du gouvernement a donné une liste de 24 mosquées déjà fermées par les autorités (Voir la liste ci-dessous), alors que Habib Essid avait annoncé la fermeture imminente de quelque 80 mosquées hors de contrôle de l'Etat, une annonce qui avait fait polémique. Certains adeptes des mosquées en question avaient protesté contre ces décisions.

Le ministre de l'Emploi Zied Ladhari a précisé que "toutes les mosquées illégales n'ont pas forcément un lien avec le terrorisme", mais qu'il s'agissait d'appliquer la loi.

La mesure concerne à la fois des mosquées dont les prêches sont jugés extrémistes et des mosquées dont la situation administrative n'a pas été régularisée.

De nombreux responsables politiques et sécuritaires ont été limogés (voir la liste ci-dessous) à la suite des attentats de Sousse.

"Il y a une responsabilité indirecte de la structure sécuritaire de Kairouan, surtout en matière de renseignement", a indiqué la cellule de communication, qui a par ailleurs jugé que le gouverneur de Sousse, également limogé, aurait dû être "plus en éveil et plus décisif".

De nombreuses critiques ont fusé depuis une semaine, fustigeant la lenteur de l'intervention de la police sur les lieux de l'attaque.

"Il est inadmissible que les forces de police interviennent plus de 20 minutes après le début de l'attaque", a commenté Kamel Jendoubi.

Le Premier ministre Habib Essid avait justifié ce retard en précisant que la police avait dû traverser toute la ville de Sousse. La zone de Port El Kantaoui dispose pourtant d'un poste de police, mais aucune explication n'a été donnée.

Malgré les défaillances sécuritaires, la cellule de communication a affirmé que l'enquête se déroulait bien et que les enquêteurs britanniques également présents "se sont même demandés pourquoi ils étaient venus"...

Voici la liste des mosquées fermées, selon le ministre en charge des relations avec les institutions constitutionnelles et la société civile:

  • Mosquée Al Noor, Crarda
  • Mosquée el mhajbia, Jendouba
  • Mosquée errahma, Feriana
  • Mosquée ettaqwa, Hassi Frid
  • Mosquée ettawid, Sbeitla
  • Mosquee Errakhmet, Sbeitla
  • Mosquée oued el kram, Sbiba
  • Mosquée chramtia, Kariouan
  • Mosquée de la cité Essommar, Grombalia
  • Mosquée Bilal, Zahrouni
  • Mosquée Omar al farouk, Zahrouni
  • Mosquee EL Ikhlass, Somran
  • Mosquee rahman, Sfax
  • Mosquée Zouari Dardour, Sousse
  • Mosquee Ettawab, Sousse
  • Mosquee Essalam, Nefza
  • Mosquée Sis Ali Ben Maryam, Gafsa
  • Mosquée EL Baraka, Jelma
  • Mosquée Borj Turki, Ariana
  • Mosquée de la résidence Les Roses, Ariana
  • Mosquée de Gammarth
  • Mosquée Errahma, Feriana
  • Mosquée Errahma, Thala
  • Mosquée Fedden Essouk, Teboursouk

L'arrêt des travaux de construction de deux mosquées:

  • mosquée errwahib, jendouba nord
  • mosquée Ibn Mayassa, Foussana

Limogeages:

  • Chef de district de la sûreté nationale de Sousse
  • Chef de sous-direction de la voie publique
  • Chef de secteur de police de Hammam Sousse
  • Chef de service régional anti-terroriste de Sousse
  • Chef de brigade de renseignement de police de Hammam Sousse
  • Chef de brigade de la police touristique de Hammam Sousse
  • Chef du district de la sûreté nationale de Kairouan
  • Chef de secteur de police de Kairouan ville
  • Chef de brigade de renseignement de police de Kairouan ville
  • Chef de poste de police de Kairouan ville
  • Chef de service régional anti-terroriste de Kairouan
  • Chef de service régional de renseignement spécial de Siliana
  • Chef de service régional anti-terroristes de Siliana
  • Chef de brigade de renseignement de police de Sliana
  • Chef de poste de police de Gaafour

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.