MAROC
06/07/2015 13h:40 CET | Actualisé 06/07/2015 16h:03 CET

"Game of Tkalekh": Une parodie de Game of Thrones pour dénoncer la barbarie du lynchage du travesti de Fès (VIDÉO)

DÉTOURNEMENT – Dans une vidéo mise en ligne ce lundi 6 juillet sur YouTube, des Marocains ont choisi de parodier une scène de la série à succès Game of Thrones pour dénoncer la barbarie de l’agression subie à Fès, la semaine dernière, par un homme vêtu d’une robe et soupçonné par ses agresseurs d’être homosexuel.

(ATTENTION SPOILER) Imaginée par le comédien Jalil Tijani, la vidéo, intitulée "Game of Tkalekh" (Game of idioties), est une parodie de la célèbre scène de l’exécution de Ned Stark, dans la première saison de la série américaine.

"L’idée, c’était de tourner en dérision l’actualité en utilisant la parodie comme procédé de distanciation, pour que cette vidéo soit prise au second degré", confie l’acteur au HuffPost Maroc.

Une pratique moyen-âgeuse

"On cherchait une scène du Moyen-Âge pour dénoncer la pratique barbare du lynchage de l’homme à Fès, et on s’est dit qu’une scène de Game of Thrones s’y prêtait bien", ajoute Jalil Tijani, qui joue le rôle d’un "gueux" annonçant au peuple la mort d'un "hérétique".

Pour réaliser cette vidéo humoristique un poil anachronique (on aperçoit la montre de l’acteur à son poignet), le comédien a fait appel à la boîte de production Pixel Factory. Yassine Benjamaa, qui s’est occupé du montage, nous explique qu’ils ont "d’abord tourné la scène sur un fond vert".

Ce procédé, régulièrement utilisé au cinéma ou à la télévision, notamment pour présenter la météo, permet de remplacer le fond vert par des images préexistantes. "On a ensuite détouré la foule qui apparaît au premier plan, et intégré Jalil".

La vidéo d’une minute, qui a nécessité environ deux heures de tournage et une journée de post-production, pourrait bien être le début d’une série de vidéos "coups de gueule", en lien avec l’actualité.

Avec cette première vidéo, le comédien voulait "rendre grâce à la demi-douzaine de ‘preux’ chevaliers qui ont si courageusement châtié un ‘présumé homosexuel’", peut-on lire sur YouTube.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.