ALGÉRIE
04/07/2015 12h:56 CET | Actualisé 04/07/2015 12h:58 CET

Le public oranais entraîné dans un voyage envoûtant à travers la Méditerranée par la troupe "Ruta Pùrpura"

La troupe "Ruta Pùrpura" (Route pourpre), menée par le flûtiste libanais Ramy Maalouf ont animé dans la soirée ramadanesque du vendredi un concert à Oran, transportant le public autour de la Méditerranée, à travers des escales musicales sur la route des anciens marchands phéniciens.

Valsant d'un port à un autre, du Liban au Maroc, passant par la Syrie, l'Espagne, la Turquie et l'Algérie, Ruta Pùrpura a chanté les "multiples identités" que la route phénicienne a côtoyé, toutes bercées par la Méditerranée.

Virtuose de la flûte traversière, Ramy Maalouf, accompagné de musiciens algériens de talent, a livré ses impressions, parlé de ses racines et raconté ses voyages, faisant siennes toutes les nationalités.

Au Liban, en Turquie, en Egypte, en Algérie et au Maroc, la flûte se fait "Ney" avec ses mélodies entraînantes et envoûtantes. En Espagne, la flûte devient violon, piano, guitare ou chant d’oiseau, à travers des mélodies tristes et joyeuses à la fois dont seuls les gens du sud ont le secret.

Et l’antique bateau phénicien vogue sur une eau moderne sur des fonds de jazz et de funk et d’autres influences, ainsi que quelques vagues classiques, notamment un clin d’oeil au "Lac des Cygnes" de Tchaïkovski, subtil mais reconnaissable par les mélomanes avertis.

Maîtrisant plusieurs genres, Ramy Maalouf, en véritable capitaine du bateau phénicien, a navigué en connaisseur sur la "route pourpre". Les musiciens se sont donnés à cœur joie et le public également.

Chemin faisant, Maalouf et sa troupe ont revisité, en version jazz, plusieurs œuvres espagnole, algérienne, turque, syrienne et marocaine dont l’œuvre turque "I love you", l’Espagnole "chant d’oiseau" et "Spain", la syrienne "bint chalabia" de Faïrouz et la célèbre œuvre algérienne "bahr tofane".

L’un des moments phares du spectacle fut sans doute l’arrivée du musicien algérien Yacine Kheddaoui, qui a pris au vol le bateau phénicien. Jouant du bouzouki grec, très proche du baglama turc, Kheddaoui a accompagné les autres "marins" du bateau dans plusieurs escales, notamment le dernier morceau, le "souk wahran", une composition de Ramy Maalouf, datée de 2010.

La troupe Ruta Pùrpura animera samedi 11 juillet un autre concert, héâtre Régional (Place Carnot) de Sidi Bel Abbes.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.