MAROC
02/07/2015 13h:49 CET | Actualisé 02/07/2015 13h:57 CET

Un djihadiste dano-marocain déchu de sa nationalité danoise

Un djihadiste dano-marocain déchu de sa nationalité danoise
fyens.dk
Un djihadiste dano-marocain déchu de sa nationalité danoise

TERRORISME - La Haute cour de Copenhague a condamné mercredi 1er juillet un Danois d'origine marocaine à quatre ans de prison pour des faits de terrorisme, assortie d'une déchéance de sa nationalité danoise.

Said Mansour, alias "Sam", qui avait déjà été reconnu coupable de terrorisme en 2007 et purgé trois ans et demi de prison, devient le premier Danois à perdre sa nationalité pour des faits criminels, un jugement qualifié d'historique par la télévision danoise TV2.

Agé de 54 ans, Mansour est accusé de production et de diffusion de CD, DVD et de messages en ligne faisant l'apologie d'Al Qaeda et de son ancien leader Ousama Ben Laden et d'avoir appelé à rejoindre le groupe Front Al-Nusra, actif en Syrie.

Arrivé au Danemark en 1984 avant d'obtenir sa nationalité quatre ans plus tard, cet homme que les médias surnomment le Libraire de Bronshoj, du nom d'une commune dans la banlieue de la capitale danoise où il possède une librairie, est aussi accusé d'avoir proféré des menaces contre des citoyens danois et diffusé des photos de soldats exécutés en Irak et en Syrie.

Qualifié par l'accusation d'agent de propagande au service d'Al Qiada, Mansour sera ainsi expulsé du territoire danois, un verdict contesté par sa défense qui maintient que l'accusé risque sa vie s'il est expulsé vers le Maroc.

En 2007, Said Mansour fut la première personne à être condamnée pour incitation au terrorisme en vertu de la législation antiterroriste adoptée par le royaume scandinave en 2002 dans le sillage des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Il était placé depuis 2001 sous surveillance par les services de renseignements qui l'accuse d'être un élément clé du financement et de la coordination du réseau Al-Qaïda en Europe.

Le précédent français

Ahmed Sahnouni, un Franco-Marocain avait été déchu de sa nationalité par le Conseil constitutionnel français en janvier 2015. Ce dernier avait été condamné en mars 2013 à sept ans de prison pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". C'était la huitième fois que la France utilisait la déchéance de nationalité depuis 1973.

Dans le reste de l'Europe, des lois existent pour déchoir de leur nationalité des personnes accusées de terrorisme. C'est le cas au Royaume-Uni, en Belgique, ainsi qu'aux Pays-Bas.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.