MAROC
02/07/2015 07h:10 CET | Actualisé 02/07/2015 07h:10 CET

Les deux soldats accusés de pédophilie au Burkina Faso placés en garde à vue en France

AFP

FAIT DIVERS - Ils ont été arrêtés dès leur descente de l'avion. Les deux soldats français soupçonnés de pédophilie ont été placé en garde à vue, dès leur retour en France, jeudi 2 juillet.

Membres des forces spéciales françaises, ils sont accusés de s'être livré à des attouchements sur deux fillettes au Burkina Faso où ils participaient à l'opération antiterroriste "Barkhane". Ils ont fait l'objet d'un premier interrogatoire mercredi à Ouagadougou et ont été immédiatement suspendus par l'armée.

"Une enquête de commandement a été déclenchée par le chef d'état-major des armées" Pierre de Villiers, a précisé le ministère de la Défense. "En parallèle, la justice burkinabè a été saisie par l'ambassadeur de France à Ouagadougou", a-t-on également précisé. "Si les faits étaient avérés, l’armée se montrerait implacable à l'égard des deux personnes concernées", ont ajouté les autorités.

Le Drian agit sans attendre la justice

Il s'agit de la deuxième affaire d'abus sexuels sur enfants impliquant l'armée française en Afrique, après les accusations portées contre des militaires de la force Sangaris en Centrafrique. Dans les deux cas, le ministre de la Défense a aussitôt saisi la justice française et demandé une enquête de commandement, c'est-à-dire interne à l'armée.

Cette fois-ci en revanche, Jean-Yves Le Drian a immédiatement suspendu les deux suspects, sans attendre le verdict de la justice, et immédiatement rendu l'affaire publique.

Les accusations de viols d'enfants par des militaires français déployés en Centrafrique, dénoncées dans un rapport interne de l'ONU, avaient été révélées fin avril par le quotidien britannique The Guardian. Selon une source judiciaire, 14 militaires français ont été mis en cause, dont trois sont identifiés, par les témoignages de six enfants de 9 à 13 ans dénonçant des faits commis au début de l'opération Sangaris entre fin 2013 et fin mai-début juin 2014.

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.