MAROC
02/07/2015 05h:45 CET | Actualisé 03/07/2015 08h:44 CET

Terrorisme, marché français en berne, baisse des recettes... Le tourisme marocain en perte de vitesse

TOURISME - Un terrorisme qui frappe de plein fouet la région, des Français qui boudent de plus en plus le pays, une baisse sans précédant de son poids dans le PIB… Le tourisme au Maroc est-il en train de perdre pied ?

Daesh a le tourisme dans le viseur

Avant même que l’identité de l’assaillant de Sousse n’ait été révélée, l’avenir du tourisme en Tunisie faisait déjà les gros titres de la presse mondiale. Dans un pays où le secteur représente 7,4% du PIB et quelque 473.000 emplois, les images, abondamment relayées de touristes pliant bagages ont de faux airs d’apocalypse.

Le symbole a de quoi inquiéter le Maroc. Car si l’impact de l’attentat de Sousse sur le tourisme dans le royaume ne peut pour l’instant pas être quantifié, les professionnels du tourisme peuvent s'attendre à un repli de l'activité.

En effet, au lendemain de l’attaque qui avait visé le musée Bardo, en plein cœur de Tunis, le 18 mars dernier, le tourisme avait connu un coup de mou dans le royaume. Selon les chiffres du ministère, le nombre de touristes avait reculé de 4% en avril 2015 par rapport au même mois de l’année précédente en passant de 855.035 à 821.190.

Ce constat est à nuancer d’après Abdellatif Abouricha. Le ton rassurant, le responsable de communication du Conseil régional du tourisme de Marrakech indique qu’"après les attentats d’Argana en 2011, le tourisme avait certes connu un coup dur sur le moment mais l’activité avait repris 3 semaines après les évènements".

Les Français boudent, les Allemands débarquent

Il reste que la baisse enregistrée au mois d’avril est en grande partie imputable à la contraction de la demande française qui a reculé de 9% sur la même période. S’agissant du désamour français, l’attentat de Bardo n’a donc fait qu’enfoncer le clou d’une tendance entamée en janvier.

Une tendance d’autant plus alarmante que la France est le plus important vivier du tourisme au Maroc. En avril 2015, 34% des touristes ayant visité le royaume provenaient de l'hexagone. À titre de comparaison, les Espagnols, seconds, représentaient à la même période 18% du total.

Afin de palier la baisse tendancielle du marché français, le Maroc se tourne de plus en plus vers des marchés émergents. Le salut pourrait notamment venir de l’Allemagne qui ne cesse de progresser dans le palmarès de pourvoyeurs de touristes. Le nombre de visiteurs allemands a bondi de 17% entre avril 2014 et avril 2015 et de 83% entre avril 2010 et avril 2015.

D’après Abdellatif Abouricha, « les professionnels du tourisme ont depuis longtemps flairé le filon allemand et n’hésitent plus à investir les salons germaniques ».

Le tourisme pèsera moins dans le PIB

En attendant de consolider certains marchés et d’en conquérir d’autres, l’Économie marocaine pâtit pour l’heure de la perte de vitesse de la demande française. Le recul devrait se faire ressentir sur le PIB à la fin de l’année.

Ahmed Lahlmi Alami, Haut-commisaire au Plan (HCP) a annoncé ce mardi 30 juin en conférence de presse qu'il tablait sur une croissance de 4,3% du PIB en 2015.

D’après le HCP, le tourisme ne devrait peser qu’à hauteur d’un peu plus de 2% sur cette progression contre 5% en moyenne sur la période 2007-21014.

LIRE AUSSI: Marrakech: La place Jemaa el Fna en tête du Top 25 des plus beaux monuments d'Afrique selon le site TripAdvisor

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.