MAROC
01/07/2015 07h:04 CET | Actualisé 01/07/2015 07h:04 CET

Tale of tales : 5 contes tirés du Pentamerone de Giambattista Basile meilleurs qu'un épisode de Game of Thrones

DR

CULTURE - Découvert à Cannes avec Gomorra en 2008, puis Reality en 2012, Matteo Garrone est de retour en salles ce 1er juillet avec Tale of Tales, un film articulé autour de trois contes aussi foutraques que violents, avec Vincent Cassel et Salma Hayek au casting.

Tale of Tales raconte trois histoires, dans trois royaumes voisins sur lesquels règnent un roi fornicateur et libertin (Vincent Cassel), un roi captivé par une puce géante (Toby Jones) et une reine obsédée par son désir d’enfant et prête à dévorer le cœur d’une créature marine pour tomber enceinte (Salma Hayek).

Ces idées extravagantes ne sortent pas de l’esprit du réalisateur Italien. Son film est une libre interprétation d’un monument narratif italien du 17ème siècle: Le Conte des contes ou Pentamerone de Giambattista Basile. Si les critiques du film de Garrone sont mitigées, Tale of Tales a le mérite de faire parler des cinquante contes populaires de ce Pentamerone, certainement les contes les plus érotiques et violents qu’il soit.

Le Conte des contes est le rêve d’un Shakespeare napolitain difforme, obsédé par tout ce qui est effroyable, n’ayant jamais son compte de sorcières et d’ogres, fasciné par les images alambiquées et grotesques, où la vulgarité se mêle au sublime”, résumait le critique italien Calvino au sujet du Pentamerone.

Des scènes de sexe, de l’horreur, des membres tranchés, de la torture, des sorcières, des fées des dragons et de l’inceste. Relu en 2015, Le Conte des contes fait furieusement penser aux épisodes les plus populaire de la série “Game of Thrones” mais n'a rien à leurs envier.

La preuve avec ces cinq contes du livre, traduit intégralement en français par les éditions Circé.

Galerie photoLes 5 contes de Giambattista Basile Voyez les images

Galerie photoLes 5 contes de Giambattista Basile Voyez les images

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.