MAROC
30/06/2015 09h:05 CET | Actualisé 30/07/2015 08h:58 CET

Fès: Un homme présenté par Goud.ma comme homosexuel, lynché par la foule

HOMOPHOBIE - L'information a été rapportée par notre confrère Goud.ma. Un homme présenté comme homosexuel par le quotidien a été sauvagement agressé par des dizaines de badauds, dans une avenue à Fès, lundi 29 juin.

gay fes taxi

Le site d'informations affirme qu'après avoir été intercepté par la foule, l'homme, vêtu d'une robe, a essayé de fuir, mais qu'il a été encerclé par des individus non identifiés. Les photos publiées par Goud le montrent, en effet, à bord d'un taxi entouré par une quinzaine de personnes, dont certaines, portables au poing, prennent en photo leur victime.

homosexuel attaqué fes

Sur la vidéo, on le voit clairement essayant de fuir, avant d'être rattrapé par une foule qui lui a assené coups de poing et de pied à la tête. L'un des badauds a carrément utilisé un casque de moto pour agresser le citoyen qui, même à terre, a continué à subir des coups de ses agresseurs.

Il ne s'en sortira qu'après avoir pu courir en direction d'un marché, où un policier posté sur place l'a extrait des griffes de ses agresseurs. Et même après intervention des forces de l'ordre, un des éléments ayant participé au lynchage a jeté une bouteille en verre sur la voiture de police qui emmenait la victime, ce qui a contraint un gardien de la paix à sortir son arme de service, selon Goud.

Arrestations en série

Pour rappel, le 21 juin, une vingtaine d'hommes ont été arrêtés à Agadir et poursuivis pour "homosexualité" et "outrage public aux mœurs" selon le quotidien arabophone Al Massae. Le collectif Aswat avait dénoncé cette arrestation dans un communiqué, la qualifiant de "campagne homophobe menée par les autorités locaux".

Quelques jours après l'expulsion des deux Femen qui s'étaient embrassées devant la tour Hassan afin de dénoncer la pénalisation de l'homosexualité au Maroc, deux jeunes Marocains, accusés d'avoir échangé un baiser devant la Tour Hassan, ont été arrêtés et poursuivis en justice, puis condamnés à 3 mois de prison ferme et 500 dirhams. Alors que leur procès était encore en cours, la chaîne télévision Al Aoula avait diffusé leurs noms et photos sur son JT. Des manifestations à caractère homophobe près de leurs domiciles sont par la suite organisés à Rabat et Marrakech.

Le vendredi 22 mai, trois Marocains écopent de 3 ans de prison ferme à Taourirt pour "homosexualité", soit la peine maximale pour cette accusation. Prévenue par les voisins, la police avait arrêté un mécanicien d'une quarantaine d'années dans son atelier, accompagnée d'un homme de vingt ans, a raconté un responsable de l'AMDH à l'AFP. Les deux accusés ont par la suite reconnu qu'une troisième personne les avait mis en relation.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.