MAGHREB
29/06/2015 10h:50 CET | Actualisé 29/06/2015 10h:54 CET

Sousse: Londres s'attend à une trentaine de morts britanniques

British Prime Minister David Cameron speaks with the media after an EU summit in Brussels on Friday, June 26, 2015. European leaders have tasked finance ministers from the euro countries with concluding a debt financing agreement with Greece over the weekend, just days before Athens has to meet a crucial debt deadline. (AP Photo/Virginia Mayo)
ASSOCIATED PRESS
British Prime Minister David Cameron speaks with the media after an EU summit in Brussels on Friday, June 26, 2015. European leaders have tasked finance ministers from the euro countries with concluding a debt financing agreement with Greece over the weekend, just days before Athens has to meet a crucial debt deadline. (AP Photo/Virginia Mayo)

Dix-huit ressortissants britanniques ont officiellement été tués dans l'attaque sanglante perpétrée vendredi contre un hôtel en Tunisie, mais ce bilan provisoire devrait s'alourdir pour atteindre une trentaine de morts, a indiqué lundi une porte-parole du gouvernement de David Cameron.

"Dix-huit Britanniques ont été tués mais nous nous attendons à ce que ce bilan s'alourdisse encore", a déclaré cette porte-parole, évoquant "environ 30" morts.

L'attaque, revendiquée par le groupe Etat islamique (EI), est la plus meurtrière pour les citoyens britanniques depuis les attentats suicides du 7 juillet 2005 à Londres (52 morts), dont le pays s'apprête à commémorer le dixième anniversaire.

La porte-parole du gouvernement a également indiqué que le rapatriement des 25 Britanniques blessés dans l'attentat se terminerait "sous 24 heures" et que des experts avaient été envoyés pour faciliter l'identification des corps.

Un avion militaire gros porteur C17 de la Royal Air Force (RAF) a été envoyé lundi en Tunisie pour aider à l'évacuation des victimes, avait annoncé dans la matinée le Premier ministre britannique, qui devait s'exprimer sur le sujet dans l'après midi devant le Parlement de Westminster.

Dans une tribune publiée lundi dans le Daily Telegraph, David Cameron a réitéré la "détermination" de son pays à lutter contre le jihadisme.

"Nous devons nous montrer intolérants vis-à-vis de l'intolérance - rejeter tous ceux qui cautionnent l'islamisme extrémiste et créent les conditions pour qu'il puisse prospérer", écrit M. Cameron.

Sa porte-parole a par ailleurs assuré que l'attaque en Tunisie n'entraînerait pas une renforcement des mesures de sécurité au Royaume-Uni, le pays ayant déjà relevé en août 2014 son niveau d'alerte de sécurité de "substantiel" à "grave", face à la menace représentée par les centaines de Britanniques aguerris au jihad en Syrie et en Irak.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.