ALGÉRIE
15/06/2015 13h:45 CET | Actualisé 15/06/2015 14h:06 CET

"Air Algérie est malade et doit tout réapprendre, jusqu'à l'organisation d'un vol", selon le ministre des transports

Archives

"Si vous continuez à faire les choses de cette manière, le pavillon national va disparaître", a lancé le ministre des Transports BoudjemaTalai à l'adresse des cadres d'Air Algérie et de ses représentants à l’étranger à la clôture de la conférence des cadres de la compagnie.

M.Talai n'a pas caché son mécontentement de la situation actuelle d’Air Algérie, et surtout des mauvaises prestations assurées à sa clientèle. "Air Algérie est malade (...) la compagnie doit réapprendre tout, jusqu'à l'organisation de comment organiser un vol. C'est désastreux", a-t-il regretté, appelant le personnel de la compagnie à consentir plus d'efforts et à faire preuve de sérieux et de rigueur pour "sauver" la compagnie et la rendre compétitive.

Les propos du ministres perdront même souvent un ton d'admonestations. "Si vous continuez à faire les choses de cette manière, le pavillon national va disparaître", a lancé M. Talai à l'adresse des cadres d'Air Algérie et de ses représentants à l’étranger.

Le ministre déplore, dans ce sillage, la multiplication des retards des vols de la compagnie publique en plus de la mauvaise communication avec ses clients.

LIRE AUSSI:Grève sauvage à Air Algérie: des voyageurs dégoûtés sur le point de perdre le "réflexe du pavillon national"

M. Talai exhorte les cadres de la compagnie à trouver rapidement des solutions "à l'interne" pour remédier à cette situation chaotique. Il indique, dans ce sillage, qu'un plan était en cours de préparation pour restructurer la compagnie.

Il s'agit, selon lui, d'un vaste plan de réorganisation devant toucher notamment à la formation du personnel dans les différents domaines (pilotage, catering, commercial) en plus du développement de certaines activités telle que la maintenance des avions.

Réforme ou disparition

Cette réforme prévue pour la prochaine rentrée sociale est plus qu'impérative, estime M.Talai, appelant tout le personnel de la compagnie nationale à s'impliquer dans cette démarche. Il mettra en garde contre les tires-au-flanc qui n'ont pas leur place dans une compagnie qui veut redorer son blason.

"Nous allons commencer par les sanctions. Celui qui n'est pas capable de travailler n'a qu'à rentrer chez lui", a dit le ministre. "Soit nous nous donnons un coup de fouet et nous sauvons la compagnie, soit nous ouvrons la piste à d'autres et nous disparaîtrons".

Pour sa part, le nouveau P-dg d'Air Algérie Mohamed Abdou Bouderbala a indiqué qu'il était aux côtés de plusieurs cadres, disposés à mener à bien cette réorganisation. Un audit sur l'état de la compagnie vient d'être achevé et un plan stratégique et de développement doit être élaboré.

Ce plan qui sera lancé dès septembre prochain, va concerner tous les volets: relation avec les clients, investissement et autres pour "mettre la compagnie aux standards internationaux", a expliqué M. Bouderbala. "Nous devons tout réorganiser. La compagnie a perdu ses couleurs", a-t-il estimé regrettant que "les mauvaises prestations ont fait fuir beaucoup de clients algériens et étrangers".

Le ministre dira, par ailleurs, que les revendications salariales seront prises en charge. Une prise en charge qui ne pourrait se départir d'une prestation de qualité dont la compagnie est redevable à sa clientèle.

Abordant le sujet des revendications salariales des travailleurs d'Air Algérie, le ministre a rassuré que la question serait prise en charge avec les syndicats représentatifs mais tout en demandant à ce personnel d'offrir une prestation de qualité.