ALGÉRIE
12/06/2015 07h:26 CET | Actualisé 12/06/2015 07h:30 CET

Québec émettra un certificat de sélection pour le blogueur saoudien Raif Badawi

An Amnesty International activist holds a picture of Saudi blogger Raif Badawi during a protest against his flogging punishment on January 29, 2015 in front of Saudi Arabia's embassy to Germany in Berlin. The 30-year-old Saudi has been sentenced to 1,000 lashes for insulting Islam and is serving a 10-year jail term - a case which has drawn widespread international criticism. AFP PHOTO / TOBIAS SCHWARZ        (Photo credit should read TOBIAS SCHWARZ/AFP/Getty Images)
TOBIAS SCHWARZ via Getty Images
An Amnesty International activist holds a picture of Saudi blogger Raif Badawi during a protest against his flogging punishment on January 29, 2015 in front of Saudi Arabia's embassy to Germany in Berlin. The 30-year-old Saudi has been sentenced to 1,000 lashes for insulting Islam and is serving a 10-year jail term - a case which has drawn widespread international criticism. AFP PHOTO / TOBIAS SCHWARZ (Photo credit should read TOBIAS SCHWARZ/AFP/Getty Images)

Le ministère québécois de l'Immigration émettra vendredi un certificat de sélection pour le blogueur saoudien Raif Badawi, détenu en Arabie saoudite. Ce certificat permettra d'accélérer les procédures d'immigration s'il est libéré.

Le gouvernement du Québec a avisé son vis-à-vis fédéral de ses démarches.

En février dernier, l'Assemblée nationale avait adopté à l'unanimité une motion revendiquant la libération du blogueur saoudien, emprisonné en Arabie saoudite depuis 2012.

Le texte stipulait que l'Assemblée demandait aux gouvernements du Québec et du Canada de faire tout leur possible pour obtenir la libération de Raif Badawi et lui permettre de rejoindre sa famille qui vit à Sherbrooke.

M. Badawi n'étant ni Québécois ni Canadien, l'intervention politique et diplomatique demeure fort limitée dans un cas comme celui-là.

« Il est clair qu'on ne peut pas aller là-bas et le ramener. Il faut être conscient de cette réalité, mais plus le monde démocratique va manifester son indignation, son soutien pour cette famille, plus on a de chances d'y arriver », avait alors commenté le premier ministre Philippe Couillard en rappelant « qu'il y a beaucoup de gens en Arabie saoudite qui partagent nos opinons sur cette question ».

Dimanche dernier, malgré les pressions internationales, la Cour suprême d'Arabie saoudite a maintenu la peine imposée au blogueur.

Pour avoir critiqué le régime saoudien et l'islam, le tribunal a confirmé que M. Badawi devra purger sa peine de 10 ans de prison et qu'il recevra les 1000 coups de fouet auxquels il a été condamné dans sa peine initiale.

Au lendemain de cette décision, le gouvernement du Québec et Amnistie internationale ont pressé Ottawa d'en faire davantage pour obtenir la libération de M. Badawi.

La ministre québécoise des Relations internationales, Christine St-Pierre, a déclaré pour sa part que le Canada devrait « prendre le leadership » de la cause Badawi qui, rappelait-elle, suscite un mouvement d'appui partout dans le monde.

Le certificat de sélection:

Bien qu'on leur délivre un certificat de sélection du Québec, les candidats de cette catégorie ne font pas l'objet d'une sélection. Ils obtiennent la résidence permanente grâce à l'engagement auquel un de leurs proches parents, domicilié au Québec, souscrit en leur faveur.

Ce parent s'engage par un contrat de parrainage à pourvoir aux besoins essentiels de la personne parrainée et, le cas échéant, à rembourser à l'État les sommes qui lui seraient versées en aide de dernier recours pendant la durée du parrainage.

LIRE AUSSI: Blogueur saoudien: Ryad exprime "son incrédulité et sa condamnation" face à toute ingérence étrangère

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.