MAROC
10/06/2015 13h:45 CET | Actualisé 10/06/2015 13h:56 CET

Concert de Jennifer Lopez: El Khalfi confiant dans la HACA pour décider des sanctions contre 2M

map/sife el amine

AFFAIRE J-LO - Après la diffusion sur 2M, vendredi 29 mai, du concert de Jennifer Lopez à Mawazine, Abdelilah Benkirane souhaite que la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) prenne des sanctions à l'égard de la chaîne, pour violation des lois du secteur audiovisuel. Mustapha El Khalfi a fait de même en appelant hier au respect des valeurs, de l'éthique et de l'image du Maroc.

Lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement a déclaré sa confiance dans les institutions et dans la HACA pour décider des sanctions suite à la diffusion du concert conformément à l’article 165 de la Constitution:

"La HACA est une institution chargée de veiller au respect des valeurs civilisationnelles fondamentales et des lois du royaume".

Sur son compte Twitter, El Khalfi a en encore réitéré ce principe hier soir:

M. El Khalfi a néanmoins rappelé l’attachement du gouvernement à l'indépendance de l'audiovisuel public "à condition que la loi soit respectée".

En ce sens, il aurait dans un premier temps adressé des lettres au président directeur général du pôle audiovisuel public, à la HACA, à la commission d'éthique de 2M et à son président directeur général,.

Toujours dans la vague récente de polémiques liées aux moeurs, l’interdiction de distribution et de diffusion du dernier film de Nabil Ayouch, "Much Loved", est revenue sur la table.

Le ministre a assuré que cette décision ne remettait pas du tout en question la liberté de création qui reste, selon lui, garantie à un détail près: le respect des moeurs marocaines.

Depuis sa création, la HACA a émis au moins 200 décisions portant aussi sur des sanctions. Soit 7 arrêts qui ont puni 6 opérateurs de l’audiovisuel pour avoir diffusé dans des émissions des passages jugés choquants.

La dernière sanction infligée contre 2M par la HACA a été d'1,5 million de dirhams pour cause de dépassement des quotas publicitaires et des seuils autorisés pendant le ramadan, sur la période du 29 juin au 5 juillet 2014.

Par ailleurs, HitRadio avait aussi écopé de sanctions en août 2008. La HACA reprochait à la station de radio d'avoir laissé passer sur ses ondes des propos à caractère sexuel dans son émission "Libre Antenne". La radio avait dû suspendre la diffusion de ses programmes de 20h à minuit pendant 15 jours. La HACA avait aussi astreint Hit Radio à expliquer à ses auditeurs la raison de l'interruption de ses programmes.

Un mois avant, une autre station de radio subissait les foudres de l’instance pour avoir fait de la publicité pour le promoteur immobilier Addoha. Chada FM avait dû suspendre ses programmes à une heure de grande écoute, de 12h à 13h, durant sept jours et verser une amende de 35.000 dirhams.

LIRE AUSSI:Jennifer Lopez à Mawazine: Mustapha Khalfi juge les images du concert "inadmissibles" et va saisir la HACA

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.