MAROC
10/06/2015 07h:29 CET | Actualisé 10/06/2015 14h:18 CET

États-Unis : l'étau se resserre autour des deux fugitifs évadés de prison

AP

L'étau semblait se resserrer mardi autour des deux fugitifs qui se sont évadés de manière rocambolesque d'une prison américaine de haute sécurité il y a quatre jours, et qui seraient acculés par un imposant dispositif policier dans une petite ville, selon la presse.

David Sweat, 35 ans, et Richard Matt, 49 ans, présentés comme très dangereux, sont activement recherchés depuis que leur évasion a été signalée samedi à l'aube, d'une prison de l'Etat de New York, tout près de la frontière canadienne.

La recherche, qui mobilise près de 250 hommes depuis que les deux voisins de cellule se sont fait la belle, semblait se concentrer mardi sur la petite ville de Willsboro, dans l'Etat de New York, à quelque 60 km au sud de la prison de Dannemora, près des rives du Lac Champlain.

Selon le New York Daily News, plusieurs cars remplis d'agents pénitentiaires et de policiers lourdement armés sont arrivés à Willsboro et ont bloqué toute circulation dans et à l'extérieur de la ville.

"Il y a la police partout maintenant", a également affirmé un habitant de la ville, Richard House, 62 ans, cité par le Daily News.

"La police a réagi immédiatement", a expliqué de son côté Shaun Gillilland, un responsable de l'Etat de New York, selon le New York Times.

La police de l'Etat s'est elle refusée à tout commentaire.

Les deux hommes, décrits comme "dangereux et prêts à tout", sont devenus les premiers à s'échapper de l'enceinte de cette prison, depuis que ses murs ont été érigés en 1865, dans des circonstances étonnantes laissant penser aux enquêteurs que les deux fugitifs ont bénéficié d'une complicité interne.

David Sweat a été condamné à perpétuité pour le meurtre d'un shérif adjoint dans l'Etat de New York en 2002. Il n'avait alors que 22 ans.

Richard Matt, lui, purgeait une peine de 25 ans pour avoir enlevé son ancien patron de 76 ans, qu'il a battu à mort et démembré en 1997.

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.