MAROC
09/06/2015 13h:43 CET | Actualisé 09/06/2015 14h:27 CET

"La Justice pour Ray": Le sort d'un chien errant mutilé fait réagir la société civile marocaine

"La justice pour Ray" : Un sit-in prévu à Casablanca
"La justice pour Ray" : Un sit-in prévu à Casablanca

CAUSE ANIMALE - L’histoire de Ray a fait le tour de la toile ces derniers jours. Ce chien errant avait été retrouvé, le 30 mai dernier, à Casablanca, "les yeux arrachés, la bouche déchirée et une grande plaie au pénis", peut-on lire sur la page Facebook qui lui est dédiée . Ray souffrait de 'graves mutilations, de surinfection avec 41 degrés de fièvre et de déshydratation".

Alertée par cette histoire, Aziza Nait Sibaha, présidente de l’association Comme chiens et chats, a contacté des vétérinaires qui pouvaient accueillir l’animal. Dans la foulée, elle a créé une page Facebook "La Justice Pour Ray" afin de dénoncer le mauvais traitement infligé aux animaux au Maroc.

Que les consciences se réveillent

En à peine une semaine, plus de 22.000 internautes ont rallié la cause de Ray et une pétition signée par environ 29.000 personnes a été envoyée au Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane pour qu’ "une enquête soit ouverte, que justice soit faite et que les consciences se réveillent".

"A travers le cas de Ray, c’est la maltraitance de tous les animaux que nous dénonçons", nous confie l’instigatrice de l’opération, qui a employé les grands moyens pour faire parler de cette cause qui lui tient à coeur. Depuis quelques jours, certains panneaux 4*3 de la capitale économique affichent la photo de Ray, le chien mutilé, avec comme inscription: "Non à la maltraitance des vies animales".

Rendez-vous place Mohammed V... et sur Facebook

Un sit-in, organisé par trois associations marocaines, est également prévu, le dimanche 14 juin à 11h, place Mohammed V à Casablanca pour dénoncer les mauvais traitements que subissent les animaux errants. L'évènement lancé sur Facebook rassemble déjà près de 400 participants à l'heure où ces lignes sont écrites.

La cause animale connait une grande mobilisation sur les réseaux sociaux, notamment grâce à des groupes comme "Citoyens du Maroc unis pour la Protection des animaux" ou encore l'"Association de défense des animaux et de la nature".

Au Maroc, on euthanasie

Alors que l’OMS préconise des campagnes de stérilisation et de vaccination comme solutions pour venir à bout de la surpopulation canine et de la rage, au Maroc, "on préfère euthanasier les chiens en leur injectant une dose fatale d’un puissant barbiturique. Un traitement aussi inefficace que cruel", se désole Aziza Nait Sibaha, qui regrette que la cruauté envers les animaux ne soit pas encore un crime suffisamment reconnu dans le pays.

L’article 609 faisant référence à cette question dans le code pénal prévoit des amendes dérisoires dans le cas où des mauvais traitements sont relevés. En effet, exercer "des sévices graves ou commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, est puni d’une amende de 10 à 120 DH. (…) Est également puni des mêmes peines l’abandon d’un animal domestique, apprivoisé ou tenu en captivité, à l’exception des animaux destinés au repeuplement".

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.