MAGHREB
08/06/2015 12h:03 CET | Actualisé 08/06/2015 13h:17 CET

Manif "Winou El pétrole": Des organisations appellent a ouvrir une enquête sur l'agression de journalistes

Suite aux violences lors de la manifestation "Winou El pétrole" samedi à Tunis, la société civile est montée au créneau. L'Organisation tunisienne de protection des journalistes (OTPJ), la ligue tunisienne des droits de l'homme ainsi que le syndicat des journalistes ont dénoncé des agressions de journalistes et une atteinte à la liberté d'expression.

Des journalistes de Shems FM, de Mosaique FM, Moutawasset TV, entre autres, auraient été agressés par des policiers, selon le syndicat des journalistes:

"Les policiers ont aussi confisqué l'appareil photo de la journaliste Samia Awled Gharbia et ont effacé ses photos. Et ce qui est étonnant, c'est que les journalistes ont été évacués de l'Avenue par à coups de matraques pour la simple raison qu'ils ont filmé les agressions contre les manifestants", indique le SNJT.

تونس في 07 جوان 2015بيان لقد تعمدت قوات الامن٫ امس السبت في مظاهرة "وينو البترول" بشارع الحبيب بورقيبة، الاعتداء على...

Posted by ‎النقابة الوطنية للصحفيين التونسيين : Snjt‎ on dimanche 7 juin 2015

"Bien que les journalistes portaient des dossards de presse, la police les a agressés", a affirmé de son côté l'Organisation tunisienne de protection des journalistes.

Les deux organisations de protection des journalistes ont appelé le ministère de l'Intérieur à ouvrir en urgence une enquête sur cette affaire, précisant qu'elles vont mettre leur équipes juridiques à disposition des journalistes agressés.

LIRE AUSSI: Tunisie: Nida Tounes fustige le mouvement "Winou El pétrole"

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.