ALGÉRIE
26/05/2015 12h:12 CET | Actualisé 26/05/2015 12h:14 CET

Gouvernance: seulement 44% des Algériens favorables à une limitation à deux du nombre de mandats présidentiels

DR

Seulement 44% des Algériens étaient favorables à une limitation à deux du nombre de mandats présidentiels, selon une étude publiée lundi 25 mai par le consortium d'instituts de statistiques "Afrobarometer", réalisée sur la base de sondages qui ont eu lieu de 2011 à 2014.

L'Algérie est le seul pays africain couvert par cette enquête où les populations favorables sont minoritaires, a constaté Afrobarometer, en se basant sur un échantillon stratifié variant entre 1.200 et 2.400 personnes.

Cette même étude note que 73% des Africains sont favorables à cette limitation. Un taux qui exclut notre pays de la circulation, puisque entre 74% et 86% des populations des nations africaines sont favorables à la limitation de mandats, constate Afrobarometer dans la 5e série de cette étude (2011-2014), rappelant par la même occasion que les limites de mandats ont été supprimées en Algérie lors de l'amendement de la Constitution en 2008.

Les plus grands taux des peuples africains qui soutiennent formellement une limitation à deux du nombre de mandats présidentiels ont été enregistrés au Bénin (90%), en Tanzanie (87%), en Côte d'Ivoire (86%), en Zambie (86%), au Mali (85%) et en Guinée (84%).

Aucune donnée à propos de la Tunisie ou le Maroc n'a été communiquée.

Selon le même consortium, 65% des Algériens ne craignent pas la violence politique ou d'intimidation. 78% d'entre eux disent que la religion est "très importante" dans leur vie". Afrobarometer indique que 78% des Algériens sont aussi d'accord avec l'affirmation que "les femmes devraient avoir les mêmes droits et recevoir le même traitement que les hommes".

Afrobarometer est un consortium "indépendant" et "non partisan" qui mesure l'opinion publique et la gouvernance dans une trentaine pays africains, y compris l'Algérie. Son objectif est de "permettre aux Africains ordinaires de mieux s'informer sur ce que les gens dans leur pays et dans la région pensent sur les questions sociales, politiques, et économiques", explique le rapport.

Cette organisation est entre autres financée par la Swedish International Development Cooperation Agency (SIDA), The Department for International Development (DFID) (Royaume-Uni), The United States Agency for International Development (USAID) et la Banque Mondiale.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.