ALGÉRIE
25/05/2015 04h:19 CET | Actualisé 25/05/2015 18h:16 CET

Les enfants algériens 4e dans un classement du bonheur selon une étude couvrant 15 pays

Laskri Ali

Sur l'échelle "mondiale" du bonheur, les enfants Algériens se retrouvent à la très enviable quatrième place dans une étude internationale sur le bien-être et la satisfaction des enfants dans 15 pays répartis sur quatre continents.

Les Algériens seront peut-être ravis - et surpris - de découvrir que selon l'étude "Children’s World" publiée ce mois-ci par la fondation allemande Jacob, leurs enfants sont plus heureux et plus satisfaits que ceux des Britanniques, des Allemands et des Norvégiens.

Sur la liste des quinze pays retenus par l'étude, l'Algérie n'est dépassée que par la Roumanie, la Colombie et Israël. Elle fait une meilleure moyenne que l'Afrique du sud, le Népal, la Corée du Sud, l'Estonie, la Norvège, l'Espagne, l'Ethiopie, la Pologne, la Turquie, l'Allemagne et le Royaume uni.

Plus de 53.000 enfants, âgés de 8 à 12 ans ont été concerné par cette étude. Children’s World a travaillé sur un échantillon de 3.676 enfants algériens, dont 1.244 âgés de 8 ans, 1.149 âgés de 10 ans et 1.283 de 12 ans. 52% de l'échantillon est composé de garçons contre 48% de filles.

Le classement du "bonheur" et du "bien-être" est établi à partir de plusieurs critères dont la situation, les relations familiales, les conditions économiques, la sociabilité, la scolarite (le rapport à l'école) et la connaissance ou non des droits des enfants.

L'étude de Children’s World a été réalisée en Algérie en étroite collaboration avec le Laboratoire du processus éducatif et contexte social (Labo-PECS) de la faculté des sciences de l’Université d’Oran.

Sous le même toit

Les enfants algériens sont ainsi les quatrièmes les plus heureux, cumulant un score de 8.9/10, et les plus satisfaits au monde (9.1). Ils sont 5e plus optimistes quant à leur avenir (8.7), derrière la Roumanie, la Turquie, la Colombie et la Norvège.

dz

Le véritable enseignement de cette étude pour l'Algérie est de constater que l'institution familiale demeure centrale et qu'elle a un rôle éminemment protecteur pour les enfants. C'est l'un des critères qui expliquent que l'Algérie se retrouve en haut du tableau des 15 pays objets de l'étude.

childrenworld

Plus de 80% des enfants algériens dorment “toujours” sous le même toit, indique l'étude, ce qui est un signe de stabilité. Près de 15% dorment “souvent” à la même maison, tandis que près de 5% dorment “régulièrement” sous deux différents toits. 26% des enfants interrogés disent vivre chez leurs grands-parents. 86% vivent avec leurs frères et sœurs.

Les enfants algériens vivent en général dans des familles nombreuses où les parents exigent souvent aux plus grands de contribuer aux activités de la famille en veillant sur les plus jeunes frères et sœurs.

Près de 85% vivent sous la responsabilité de deux salariés et plus. Environ 59% reçoivent chaque semaine de l’argent de poche.

Un bonheur familial

Plus de 75% des enfants algériens, par ailleurs, se sentent “totalement en sécurité chez eux”. Les 15% restant se sentent “plus ou moins” ou “pas du tout” en sécurité à la maison. 64% des cas étudiés ont affirmé que leurs parents “les écoutent et tiennent compte de leurs intérêts”.

Seulement 52% des enfants algériens ont un endroit “calme” où étudier. 3% ont accès à des vêtements de “bonne qualité”, selon Children’s World. Environ 56% ont accès à Internet, tandis que seulement 45% ont accès à un ordinateur.

Le rapport indique toutefois que les enfants en Algérie, en comparaison avec ceux des autres pays, passent le plus de temps à “jouer et apprendre” avec la famille.

Le Laboratoire du processus éducatif et contexte social (Labo-PECS) relève que ces enfants passent plus de temps à s’occuper de la fratrie et soutenir les autres membres de la famille. Ils pratiquent ainsi moins de sport, regardent moins de télévision et utilisent tout autant l’ordinateur en comparaison avec les enfants des autres pays.

L’Algérie figure ainsi dans le top 3 des pays où il fait bon de vivre en famille. Toutefois, le pays figure en bas du classement des relations sociales et amicales. La fameuse formule de l’écrivain André Gide, "Famille je vous hais" n’a pas court en Algérie. C’est plutôt "Famille je vous aime" qui prévaut !

Tout n’est pas rose

Cette étude qui est un constat de l'importance de l'institution familiale donne un bon classement en matière de bonheur pour les enfants algériens. Il reste à se rappeler que les enfants algériens sont aussi victimes de violences ainsi que l'on révélés des chiffres récents de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Plus de 1.280 enfants ont été victimes de violences multiformes durant le premier trimestre de l'année 2015. 756 enfants ont été violentés physiquement. 372 autres ont subi des agressions sexuelles, et 20 enfants ont été victimes d'enlèvements, tandis que 6 autres décédés suite à des coups et blessures, révélaient des statistiques de la DGSN.

Un total de 6.151 enfants ont, par ailleurs, été violentés en 2014, selon cette même source. 3.533 d'entre eux ont subi des maltraitances physiques, dont 1.663 des sévices sexuels.

La DGSN a aussi révélé que 1365 enfants ont été impliqués dans des affaires criminelles durant le premier trimestre 2015. Près de 400 se trouvent actuellement dans les établissements pénitentiaires à travers le pays.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.