MAROC
22/05/2015 09h:11 CET | Actualisé 24/05/2015 19h:10 CET

Qui est "Irhabi 007", le terroriste marocain refoulé de Grande-Bretagne qui a semé la panique à Rabat? (VIDÉO)

Qui est "Irhabi 007", le terroriste marocain refoulé de Grande-Bretagne?
Fadel Senna / AFP
Qui est "Irhabi 007", le terroriste marocain refoulé de Grande-Bretagne?

TERRORISME – Il a semé la panique à Rabat, jeudi 21 mai au soir, dans le quartier de l’Agdal, près de l’avenue Ibn Sina. Younes Tsouli, un ancien du Lycée Descartes qui vivait depuis plus de dix ans à Londres, s’était fait connaître des agences de renseignement internationales pour ses activités de cyber-jihadiste.

Nom de code: Irhabi 007

Proche d’Al Qaïda en Irak et pro du hacking, il a été condamné en 2007 en Grande-Bretagne à seize ans de prison pour avoir piraté des cartes de crédit, créé des sites web et forums soutenant l’organisation terroriste, diffusé des vidéos de décapitation lors de l’insurrection irakienne ainsi que des tutos pour fabriquer des bombes artisanales et des manuels militaires d'armes...

S'il a été condamné sur la base des documents retrouvés par les enquêteurs sur son ordinateur, les investigations n'ont pas pu établir directement de lien entre Younes Tsouli et Irhabi 007, le nom de code inspiré du célèbre agent secret James Bond, sous lequel la police anglaise soupçonnait ce hacker intraçable d'opérer, et qui pourrait avoir été utilisé par d'autres hackers. Les enquêteurs britanniques avaient néanmoins confié au Washington Post qu'ils pensaient que les deux étaient liés.

24 heures chrono

Celui que la presse britannique qualifiait de "world most wanted cyber-jihadist" ("le cyber-jihadiste le plus recherché du monde") ou encore de "roi du terrorisme sur Internet" a été condamné et emprisonné pour incitation au terrorisme, avant d'être refoulé mercredi soir du sol britannique en direction de sa terre natale. Retranché chez ses parents, l’homme aurait connu une vive altercation familiale au point de déclencher un incendie sur une terrasse de l’appartement.

Le trentenaire a ensuite quitté le domicile parental, passant de toit en toit, avant de se retrouver dans un immeuble situé dans une rue derrière l'avenue Ibn Sina, où il a refusé de se rendre pendant près de 24 heures.

Younes Tsouli, qui tenait dans ses mains une arme blanche d’environ 50 centimètres selon un témoin, qu'il maniait avec habileté, aurait menacé de se suicider tout en réussissant à maintenir les forces de l’ordre à distance. "J’ai croisé son père, qui m’a dit de monter chercher son fils, parce que lui n’y arrivait pas…", raconte le témoin.

Un avion pour Londres

Un périmètre de sécurité composé de policiers et de pompiers a alors été mis en place autour de l’immeuble afin d’éviter le pire. Aux alentours de 21 heures, "Irhabi 007" allume un feu sur la terrasse, déclenchant l’évacuation immédiate de l’ensemble du bâtiment, sous le regard médusé de dizaines de personnes agglutinées à proximité de l'immeuble.

D’après un autre témoin, l’homme proférait des injures en anglais et riait, exigeant un avion afin de retourner en Angleterre. Les forces de l’ordre, avec de nombreux officiers, ont réussi à le maîtriser vers 23 heures, après plus de treize heures de négociation et l’aide d’un psychiatre, mettant fin à cette journée mouvementée pour les habitants de cette rue du Haut Agdal.

Le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, a exprimé son mécontentement à son homologue britannique Theresa May. Selon lui, les autorités marocaines n’étaient pas informées du danger que représentait le hacker.

LIRE AUSSI:Rabat "mécontent" du refoulement par Londres d'un Marocain condamné pour terrorisme qui provoque un incendie

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.