MAGHREB
21/05/2015 06h:10 CET | Actualisé 21/05/2015 06h:19 CET

Béji Caïd Essebsi aux Etats-Unis: "La Tunisie a un besoin crucial d'investissements"

Facebook/Présidence

POLITIQUE - La Tunisie, pays "au milieu du gué", a un besoin crucial d'investissements étrangers, a affirmé mercredi son président Béji Caïd Essebsi au premier jours d'une visite à Washington au cours de laquelle il doit rencontrer Barack Obama.

"La Tunisie a initié un processus de développement économique et social qui l'amène à plus de stabilité", a-t-il déclaré devant un parterre d'hommes d'affaire américains et en présence de la secrétaire d'Etat au Commerce Penny Pritzker.

"Si les investisseurs avaient demandé à venir en Tunisie il y a un an et demi, je ne le leur aurais pas conseillé", a ajouté M. Caïd Essebsi, devenu en décembre le premier chef d'Etat élu démocratiquement au suffrage universel en Tunisie.

Soulignant le défi que représente la situation en Libye voisine, en proie au chaos, le président tunisien, qui espère obtenir auprès de Washington davantage d'assistance militaire face à la menace jihadiste, a assuré que son pays avait fait "beaucoup de progrès dans la lutte contre le terrorisme".

La Tunisie est confrontée depuis la révolution de 2011 à l'essor d'une mouvance jihadiste armée responsable de la mort de plusieurs dizaines de policiers et de militaires. L'organisation Etat islamique a revendiqué l'attentat contre le musée du Bardo en mars qui a fait 22 morts, dont 21 touristes étrangers.

Le président tunisien a longuement insisté sur la "stabilité" politique de son pays et souligné combien il se distinguait de ses voisins. "L'islam est une religion de tolérance et, en Tunisie, l'islam accepte de cohabiter avec toutes les autres religions", a-t-il souligné, évoquant notamment la présence d'une importante communauté juive.

"Nous avons des lois, nous avons pris des engagements sur toute une série de réformes", a-t-il encore ajouté, tout en soulignant que le budget 2015 était déjà bouclé lorsqu'il est arrivé au pouvoir et qu'il avait donc une marge de manoeuvre limitée à court terme.

"La Tunisie a besoin d'une vision économique sur le long terme pour convaincre les investisseurs", a de son côté souligné Mme Pritzker, insistant aussi sur la nécessité d'"une approche à long terme sur la sécurité".

Le président tunisien doit être reçu jeudi matin par M. Obama dans le Bureau ovale. Le président américain souhaite afficher son soutien à la Tunisie qui a organisé fin 2014 ses premières élections libres et fait figure de "modèle" par rapport aux autres pays du "printemps arabe".

LIRE AUSSI:Etats-Unis: Béji Caïd Essebsi en visite officielle pour obtenir une assistance militaire

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.