MAROC
07/12/2014 11h:39 CET | Actualisé 18/05/2015 13h:18 CET

Stylistes marocains: La nouvelle génération

MODE - Créatifs, inspirés et originaux, les nouveaux stylistes marocains puisent leur inspiration dans la tradition tout en s’en détachant. Petit tour d’horizon des créateurs de mode qui révolutionnent aujourd’hui les codes vestimentaires au Maroc.

Amine Bendriouich: La mode en mouvement

Original et décalé, Amine Bendriouich est à l’origine de la marque Amine Bendriouich, Couture & Bullshit (AB-CB). Ce Marrakchi diplômé de l’ESMOD Tunis a initié, avec ses amis, le concept "Hmar ou Bikhir" (âne et heureux).

Les détournements de logos sur vêtements ont permis au styliste d’être propulsé sur le devant de la scène, au point que le grand créateur français Jean Charles de Castelbajac le qualifie de "créateur d’uniformes pour anticonformistes". Avec sa marque AB-CB, Amine Bendriouich bouscule en effet les codes vestimentaires en proposant des collections unisexes et urbaines.

Dans un style citadin bobo, les pièces créées sont travaillées mais permettent de garder une certaine liberté de mouvement. Car pour Amine, ce n’est pas au corps de s’adapter au vêtement mais au vêtement lui-même de s’adapter au corps. Hommes et femmes de gabarits différents peuvent ainsi porter le même vêtement.

Ses créations, inspirées de son entourage et de son quotidien, ont permis à ce personnage atypique de profiter de sa différence pour imposer la touche qui lui est propre. Après tout, le style c'est l'homme...

LIRE AUSSI: Style: Les 10 plus beaux costumes de Hassan II (PHOTOS)

Galerie photoL'univers déjanté de Amine Bendriouich Voyez les images

Meriem et Zahra Bennani: Le Ying et le Yang

Meriem et Zahra sont deux sœurs aux univers complètement différents. Comme le Yin et le Yang, elles ont su jouer sur leurs différences et leur complémentarité pour en faire une force. Après avoir obtenu leur bac, les deux sœurs partent étudier à Paris. Meriem l’artiste intègre une prépa artistique puis rejoint les Arts décoratifs de Paris. Zahra choisit de suivre des études de communication.

Une fois diplômée en Arts déco, Meriem s’envole à New York pour suivre des études de Fine Art à la prestigieuse Cooper Union. Zahra quant à elle travaille pendant 5 ans pour le groupe Marie Claire dans le département Marketing, puis pendant deux ans pour le Cosmopolitan en tant que directrice clientèle. C’est séparée de sa sœur Meriem et en écumant les salons de la mode à Paris qu’elle cherche à trouver un sens à sa passion et décide de créer avec sa sœur une marque qui leur ressemblerait : inspirée, créative et multiculturelle, de Paris à New York en passant par Rabat.

Les sister-sister, Zahra et Meriem Bennani ont choisi de nommer leur concept créatif Jnoun Studio. Pourquoi les jnouns? "Parce que les esprits sont imprévisibles et qu’ils se manifestent sous différentes formes". Meriem, l’artiste en vogue basée à New York, et Zahra, la communicante rbatie passionnée de mode ont lancé leur marque en avril 2015.

Leur crédo ? Des références cinématographiques, musicales et artistiques... Les vêtements sont imprimés sur des matières naturelles, telles le lin et le coton.

Caidale, la première ligne de vêtement, est inspirée de la tente du même nom, imprimée "sur un océan digital", un coton épais très raffiné.

La deuxième ligne, "Dune", est une superposition de photographies du désert collectées sur Google image et imprimés sur un lin écru brut.

Pour ce premier projet, les deux sœurs ont su bien s’entourer: elles ont fait appel au musicien Flavien Berger pour composer la bande son de leur vidéo, à Hayden Dunham, une artiste multidisciplinaire originaire de Brooklyn, pour porter et habiter leur vêtement et enfin au street photographe new-yorkais Daniel Arnold contributeur de Vogue US pour le shooting.

Elles présenteront leur collection à la Galerie Anna Kaona de 11h à 19h le samedi 23 mai à Casablanca.

Découvrez l'univers des soeurs Bennani sur Instagram.

Galerie photoL'univers déjanté de Amine Bendriouich Voyez les images

Sofia El Arabi: De blogueuse à créatrice

La jeune styliste Sofia El Arabi, globe-trotteuse, trouve son inspiration dans ses voyages et dans la tradition de la couture marocaine. Après avoir fait ses premiers pas dans la mode en créant son blog Fashion Bakchic, Sofia lance sa marque de vêtements, Bakchic, que l’on peut acheter en ligne ou dans des boutiques éphémères.

Le style de Sofia est une invitation à l’évasion: l’artisanat berbère et andalou, mêlé aux tendances actuelles et au casual, influencent et font la personnalité de chacune des pièces qu’elle crée et des looks que l’on retrouve sur son blog.

Âgée de 32 ans, Sofia est née à Casablanca. C’est après avoir suivi des études de marketing de luxe dans une école de commerce en France, qu’elle revient s’installer au Maroc.

Les créations de Sofia sont bohèmes, chics et modernes. Faits main, ses vêtements apportent une touche artisanale à des créations dans l’air du temps. Son style et sa personnalité ont vite été remarqués au-delà du Maroc. En ce moment, Sofia travaille sur une nouvelle collection pour l’été: "Eyes of Nedjma".

Galerie photoL'univers déjanté de Amine Bendriouich Voyez les images

Yassine Morabite: L’imagination fertile

Yassine Morabite semble tout droit sorti d’un film de Tim Burton. Et pour cause: sa ressemblance avec l’acteur Johnny Depp est frappante. Cheveux longs, barbe, look extravagant, couleurs flashy… Côté style, le jeune artiste n’a rien à envier à la star de cinéma. Mais qui est ce styliste qui a su mélanger les styles et les arts pour produire des créations originales?

Depuis sa victoire au concours "Je suis la mode", organisé par les Galeries Lafayette en 2011, Yassine Morabite a participé au plus grand défilé du monde à Paris en 2012, et collaboré notamment avec la marque Max et Jan.

En parallèle, le jeune créateur a lancé sa marque, ZAZ LOUZ, et s’est même essayé au cinéma dans le film d’Hichem Sabri, "Si-Nariste". Yassine, qui confie trouver son inspiration dans les rues colorées et escarpées de Chefchaouen, où il aime se ressourcer, s’est doté d’un style unique alliant chic et ethnique, originalité et tradition.

Passionné de dessin depuis le plus jeune âge, c’est sur les bancs de l’école primaire qu’il a commencé à exercer son art. Quelques années plus tard, au lieu du papier, c’est sur des t-shirts que l’on pouvait retrouver la finesse et l’originalité de son trait. " Je suis en train de réaliser mon rêve", avoue-t-il.

Le mélange des styles est sa marque de fabrique. On retrouve une touche de marocanité dans ses t-shirts ZAZ LOUZ, où Marylin Monroe est tatouée à la berbère et Mickey porte un tarbouch. Cette première édition limitée, qui revisite d’autres figures populaires comme Dali, Frida Kahlo et Oum Kelthoum, s’est écoulée à quelque 1.500 exemplaires entre le Maroc et l’Europe. Pour les curieux, on retrouve ses nouveaux modèles sur la page Facebook de la marque, qui compte actuellement plus de 5.000 fans.

Sa nouvelle collection est en cours, et on l’attend avec impatience. Stay tuned!

Galerie photoL'univers déjanté de Amine Bendriouich Voyez les images

Kenza Chaoui confectionne ses ambitions

Elle rêvait de créer sa ligne de vêtements. C’est désormais chose faite pour la jeune designer Kenza Chaoui, âgée de 25 ans. Lancée il y a à peine six mois, sa marque Yibra (aiguille en arabe), tient ses inspirations du style chic et distingué d’autrefois, tout en étant moderne et à la pointe des nouvelles tendances. Profondément inscrite dans la vie urbaine, Yibra propose des vêtements élégants et confortables, pour l’homme et la femme citadins.

Artiste dans l’âme dès le collège, Kenza préférait dessiner des silhouettes et imaginer des vêtements pour son entourage plutôt que de suivre ses cours. Mais elle a pris son mal en patience jusqu’à l’obtention de son bac.

Pour "confectionner ses ambitions", la créatrice Kenza Chaoui s’envole vers Paris, la capitale de la mode, afin d’intégrer une prépa artistique. Elle obtient une licence de stylisme-modélisme et finit major de promo, puis change de direction et sort diplômée d’un master en marketing et communication.

Après quelques stages à Paris, Kenza dégote un stage à Beyrouth, dans l’atelier de la créatrice libanaise Sandra Mansour. Transformée et inspirée par de grands créateurs comme Elie Saab ou Zuhair Murad, la jeune styliste revient au Maroc.

Sa curiosité sans limites lui permet de toujours garder l’œil ouvert: "la rue est un volcan d'inspirations. L’observation des gens et de leurs comportements est mon jeu préféré: comment ils bougent, ce qu'ils mangent, comment ils évoluent, ce qu'ils portent, bien sûr... Toutes ces questions rythment mes journées et ma quête du vêtement parfait pour chaque saison", confie-t-elle.

Attachée aux tissus depuis l’enfance, Kenza aime travailler avec des matières rigides ou fluides, avec une préférence pour les crêpes de laine et le grain de poudre. Lors du défilé de lancement de sa marque, Kenza a pu compter sur la collaboration du créateur de bijoux Paulin Bedou, pour orner ses collections.

A l’avenir, cette styliste talentueuse et polyvalente risque de continuer de faire parler d’elle. Kenza ambitionne de faire de sa marque un incontournable de la mode marocaine dans son pays, mais aussi à l’international.

Galerie photoL'univers déjanté de Amine Bendriouich Voyez les images

Ghita Laskrouif: La mode version écolo

Baignée dès l’enfance dans un univers où l’artisanat et la couture tenaient une place importante, Ghita Laskrouif a toujours eu une aiguille à la main. Passionnée d’art sous toutes ses formes, elle a commencé très jeune à broder, coudre et customiser ses propres vêtements.

Aujourd’hui âgée de 30 ans, cette créatrice de mode et blogueuse propose des tenues originales et écologiques. La styliste plasticienne, qui fait partie du mouvement "slow fashion", préfère le recyclé à la consommation à outrance. Ses créations sont un mélange de vêtements "up-cyclés" (qui donnent une nouvelle vie à un vêtement ancien), de crochet, de broderies, de perlage, de tricot…

Après avoir grandi à la campagne jusqu’au bac, Ghita est venue s’installer à Casablanca. Le passage du rural à l’urbain a fortement inspiré sa façon de voir les choses et d’aborder la mode. Son style est "conceptuel": ses pièces, uniques, sont un mélange d’influences orientales et occidentales. Les créations de Ghita, issues d’un savoir-faire artisanal, sont faites à la main, et en série limitée.

Marocaine jusqu’au bout des ongles, Ghita est sans cesse en quête de nouvelles idées et à la recherche de formes et d’objets auxquels les Marocains sont attachés. Cette styliste crée ses propres matières, en recyclant ou en tissant la laine, le coton mais aussi le lin ou la mousseline.

Après son arrivée à Casablanca, Ghita a lancé sa collection capsule de 20 silhouettes pour la marque Flouflou. Depuis 2012, elle collabore avec de nombreux blogueurs marocains pour la création d’un lookbook. Les photos qu’elle prend depuis son mobile ont attiré des agences suédoises spécialisées dans le domaine, qui lui ont permis de participer à deux expositions internationales sur le thème de la photo mobile.

Ghita prépare en ce moment sa collection pour la Fashion Week écolo de Lisbonne au Portugal, en juin 2015.

Galerie photoL'univers déjanté de Amine Bendriouich Voyez les images

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.