MAROC
12/05/2015 10h:48 CET | Actualisé 12/05/2015 10h:48 CET

F16 disparu au Yémen: Les FAR communiquent avec prudence

Wikipedia

GUERRE - Les circonstances du crash de l'avion F16 marocain au Yémen, dimanche dernier, compliquent les opérations pour retrouver le pilote disparu.

Dans un communiqué diffusé dans la nuit du lundi au mardi, l'Inspection générale des Forces armées royales (FAR) appelle donc à la prudence concernant les informations, parfois contradictoires, qui circulent depuis la soirée de dimanche. L'avion de chasse marocain faisait partie de l’escadrille mise à la disposition de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite pour la restauration de la légitimité au Yémen:

"Plusieurs images et photos relayées par certains sites Internet et réseaux sociaux pourraient être assimilées à des débris de l'avion F16 qui s'est écrasé, à des pièces de carlingue, voire à un corps de pilote", explique le communiqué qui précise que “l’authentification de ce flot d’informations et la confirmation qu’il s’agit du pilote et de l’avion disparus, sont rendues difficiles par le fait que le lieu du crash se trouve en zone ennemie”.

C'est le Général de corps d’armée Bouchaïb Arroub, inspecteur général de l’état-major des FAR, qui supervise personnellement la cellule de crise attelée à cette tâche.

Un escadron marocain sur place?

D'après nos confrères du quotidien arabophone Al Massae, un escadron marocain aurait été dépêché sur le lieu du crash "pour localiser et éventuellement rapatrier le pilote disparu". En effet, le Maroc reste sans nouvelles du pilote du F16, porté disparu dimanche soir, près de Saâda, bastion des rebelles Houthis et de l’ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh.

Il s'agirait plus précisément d'un escadron de F16 équipés de radars ultramodernes dépêchés par l’état-major en vue d’opérer un ratissage aérien de toute la région où se trouvait l’appareil.

L'espoir de retrouver vivant le pilote, identifié comme étant le lieutenant Yassine Bahti (26 ans), s'amenuise heure après heure. Le site d'informations Le360.ma, qui a publié des images au domicile de sa famille à Casablanca, évoque une "ambiance de deuil".

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.