ALGÉRIE
11/05/2015 04h:56 CET | Actualisé 11/05/2015 05h:11 CET

Les pots-de-vin de Saipem à Chakib Khelil et ses proches ont servi à des achats immobiliers à New York et Paris

Un appartement acheté sur la 5ème avenue de New York pour 28 millions de dollars
https://www.flickr.com/photos/perspective/
Un appartement acheté sur la 5ème avenue de New York pour 28 millions de dollars

Une partie des 198 millions d’euros de pots-de-vin présumés versés par l’entreprise italienne Saipem à l’ancien ministre algérien de l’énergie, Chakib Khelil, à ses proches et à son intermédiaire Farid Bedjaoui en contrepartie de 7 grands contrats pétroliers en Algérie d'une valeur de 8 milliards d'euros a servi à l’achat de biens immobiliers en France et à New York, indique le rapport final des juges d’instructions du parquet de Milan, Fabio De Pasquale, Isidoro Palma et Giordano Baggio.

Le rapport, cité par un média électronique italien, a été rédigé après une longue enquête judiciaire en Italie et plusieurs commissions rogatoires internationales au niveau de plusieurs pays dont l’Algérie.

L’algérien Omar Habour est accusé de complicité de corruption et il dispose, selon le rapport des juges italiens, d’un compte de 34,3 millions de dollars à la banque Audi Saradar de Beyrouth.

Omar Habour est présenté dans le rapport des enquêteurs comme un “faccendiere” (un lobbyiste), “proche de l’entourage” de l’ancien ministre avec qui il avait des “relations économiques depuis de nombreuses années” selon les enquêteurs. Il aurait ainsi recyclé une partie des 198 millions d’euros de pots-de-vin versés.

LIRE AUSSI:

Saipem-Algérie : Les montants pots-de-vin versés à Chakib Khelil et ses proches révélés dans la presse italienne

Farid Bedjaoui, "l'intermédiaire" dans le scandale Saipem-Sonatrach dans le collimateur de la justice française

Le terme "faccendiere" désigne en général une personne qui effectue des affaires de haut niveau, en général illégale, au nom d’un ou de plusieurs entrepreneurs privés avec l'administration publique, par exemple des affaires de corruption, délit d’initié, manipulation de cours ou pour le bénéfice d'un groupe de pression.

.

La 5è avenue à New York, Paris, Ramatuelle...

L’argent qui a transité par des comptes de Farid Bedjaoui a servi à acheter des appartements à New York, Paris et une villa, "aussi grande qu’un château à Ramatuelle", en Provence. Ce sont des appartements où l’intermédiaire de Chakib Khelil, Farid Bedjaoui a vécu avec sa famille.

Des objets de valeurs ont été trouvés dans la maison parisienne : des statues, deux œuvres d’Andy Warhor, un Dali et un Mrio. Bedjaoui, présenté dans le rapport comme le “collecteur” des pots-de-vin dispose de propriétés à Dubaï, dans des zones de luxe comme Emirates Hill.

L’avocat de Habour, le français Yam Attalah, a contesté le délit de blanchiment de capitaux au sujet de l’achat de trois appartements à New York en 2010.

L’un de ces appartements, situé sur la 5ème avenue à New York a coûté la bagatelle de 28 millions de dollars. Deux autres appartements, toujours au cœur de la grande pomme ont été acquis pour une valeur globale de 26 millions de dollars.

La conclusion du rapport d’enquête fait ressortir de diverses opérations immobilières en retraçant la source de financement. Le rapport note par exemple que pour l’achat de l’appartement de la 5ème avenue,

1 million de dollars sur un total de 28 a pour origine des commissions versées par la Saipem à la Pearl Partners, la société de Farid Bedjaoui, à travers laquelle les pots de vins auraient été versés, en tranches.

Le million de dollars de la Saipem aurait transité par plusieurs comptes de Farid Bedjaoui avant d’être utilisé dans la transaction immobilière. L’audience préliminaire dans l’affaire Saipem-Sonatrach dans laquelle l’ancien patron d’Eni Paolo Scaroni est également poursuivi sera ouverte dans les prochains jours.

LIRE AUSSI:

Hamch, Medjdoub, Khelladi, la primauté de l'informel coûte un quart d'Algérie aux Algériens

Corruption, mauvaise gestion : ce que Chakib Khelil a coûté à l'Algérie

La justice suisse rejette l'appel de Chakib Khelil contre la livraison d'informations sur ses comptes bancaires à l'Algérie

Paolo Scaroni: L'affaire Saipem est devenue publique à la suite de "règlements de comptes" à Alger

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.