ALGÉRIE
10/05/2015 10h:21 CET

Biskra: la cimenterie Lafarge-Souakri opérationnelle dès août 2015

DR

La cimenterie créée en 2014 en joint-venture entre Lafarge Algérie et Souakri, entreprise privée algérienne, entrera en activité en août prochain, a indiqué Eric Meuriot, PD-G de Lafarge Algérie, rapporté par l'APS.

Cette cimenterie, installée à Biksra, livrera son premier sac de ciment en août 2015. L'établissement entrera en pleine production en 2016, pour fabriquer à terme 2.7 millions de tonnes par an. La cimenterie, détenue 51% par Souakri et 49% par Lafarge pour un coût d'investissement de 30 milliards de Da, créera 600 emplois directs et plus de 2.400 emplois indirects.

Lafarge-Algérie détient des cimenteries à M'sila (5 millions t/an) et Mascara (3 millions t/an). La production globale de ce groupe atteindra 10.7 millions t/an dès la mise en service de la cimenterie de Biskra. Lafarge-Algérien détient aussi la cimenterie de Meftah (1 million t/an), en partenariat avec le Groupe public industries ciments d'Algérie (GICA).

Eric Meuriot a déclaré que l'objectif de ce réseau commercial établi à l'échelle nationale est de "garantir la disponibilité du ciment à des prix stables, loin de toute spéculation dans un contexte marqué par les encouragements des autorités publiques à consommer des produits fabriquées en Algérie".

Le marché algérien sera "autosuffisant" en ciment à l'horizon 2016-2017 vu le rythme actuel de la croissance de la production, assurée par les différentes entreprises de fabrication du ciment, selon le PD-G de Lafarge.

14 cimenteries publiques et privées d'une capacité de production globale de près de 19.5 millions t/an sont actuellement actives en Algérie. La demande locale est quant à elle estimée à 24.5 millions t/an. Un déficit de 5 millions t/an comblé par les importations, qui ont coûté 513 millions de dollars en 2014, en hausse de plus de 23% par rapport à 2013.

Le groupe GICA, de son côté, détient le marché du ciment à hauteur de 59% (11,6 millions t/an). Sa production devrait atteindre 18,5 millions t/an à fin 2017. Les 41% restants du marché du ciment sont couverts par le secteur privé et les importations.

L'Algérie futur exportateur de ciment ?

Pour faire face à la crise du ciment, plusieurs projets de cimenteries ont été lancés, ce qui permettrait à l'horizon 2017 une production additionnelle substantielle de ciment sur le marché algérien.

A la production actuelle de 19.5 millions t/an devrait s'ajouter 8 millions de tonnes. Un quota qui sera assuré par la méga-cimenterie El Khroub (Constantine) d'Issad Rebrab, dont la réalisation a été avalisée par le Conseil National d'Investissement.

Le Groupe industriel des ciments d'Algérie (GICA-Public), de son côté, a lancé la réalisation d'une dizaine de cimenteries, dont la production commune devrait atteindre 11.5 millions de tonnes.

Ce serait, à l'entrée en activité de toutes ces cimenteries actuellement en cours de réalisation, une production totale de 39 millions de tonnes pour une demande avoisinant 24 millions t/an.

Amara Benyounes, actuel ministre du commerce et auparavant ministre de l'industrie et de l'investissement, avait affirmé que l'Algérie arrêterait "définitivement l'importation du ciment", et pourrait même s'orienter vers l'exportation, africaine et arabe.

LIRE AUSSI: L'Algérie premier exportateur africain de ciment à l'horizon 2017?

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.