ALGÉRIE
08/05/2015 09h:35 CET | Actualisé 08/05/2015 09h:39 CET

Khirbet Susiya, un village palestinien en Cisjordanie menacé de démolition par Israël

BTselem

Khirbet Susiya est un village palestinien situé sur les collines sud d'Al Khalil (Hebron) en Cisjordanie. Ses 340 habitants risquent de voir leurs maisons démolies par les autorités israéliennes après le rejet, le 4 mai dernier, d'une pétition qu'ils ont déposé auprès de la Haute Cour de Justice d’Israël (HCJ).

La pétition, signée également par l'ONG Rabbis for Human Rights (Rabbins pour les Droits de l'Homme) et déposée en février 2014, avait pour but de geler une décision de la HCJ permettant aux autorités locales de démolir les habitations, construites sur des terrains privés palestiniens, rapporte The Jerusalem Post.

La première décision de la HCJ, contestée par les habitants, avait rejetée un plan d'ensemble pour le village élaboré par ces derniers. Sans un plan d'ensemble, leurs maisons sont considérées comme des constructions illégales par Israël, elles ne peuvent être reliées au réseau d'eau ou d'électricité et sont sous une menace de démolition constante.

L'Etat sioniste avait auparavant refusé d'établir un plan d'ensemble pour le village à plusieurs reprises, sous divers prétextes, indique B'Tselem, une ONG pour les droits de l'Homme dans les territoires occupés.

Dans la pétition, Me. Qamar Mashraki de Rabbis for Human Rights a considéré que le plan d'ensemble des habitants de Khirbet Susiya a été rejeté pour des considérations inappropriées, constituant un deux poids, deux mesures dans la planification ainsi qu'une discrimination flagrante contre la population palestinienne.

Selon B'Tselem, des colons israéliens se sont déjà emparés d'environ 300 hectares des terrains des villageois palestiniens.

"Cette politique a pour objectif de servir le but, déclaré explicitement par des responsables israéliens par le passé, de s'emparer de la terre au sud de Hebron afin de l'annexer formellement à Israël", indique B'Tselem dans un communiqué publié jeudi 7 mai. "En implémentant cette politique, Israël est en train d'agir en contradiction à son obligation, en tant que force occupante, de prendre soin des besoins des résidents en Cisjordanie . Il s'agit d'une grave violation de l'interdiction dans le droit humanitaire international concernant le transfert forcé des résidents d'un territoire occupé".

Les Palestiniens habitaient dans ce village avant 1967, date de l'occupation de la Cisjordanie par Israël. Ils ont déjà été déplacés par l'Etat sioniste par le passé, rappelle également l'ONG.

"L'administration civile est responsable de tous les aspects de la vie civile dans la zone C (où se situe Khirbet Susiya) et est censée assurer le bien-être de la population locale. Mais en pratique, l'administration utilise ses systèmes de planification, dans lesquels les Palestiniens ne sont pas représentés, pour les empêcher de [...] construire légalement et d'avoir accès à l'eau et à l'électricité. Les autorités s'abstiennent systématiquement aussi de protéger les résidents de Khirbet Susiya des colons qui les attaquent ou qui vandalisent leurs biens", explique B'Tselem.

LIRE AUSSI:Jérusalem-Est: Israël va construire 900 logements de colons

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.