MAGHREB
07/05/2015 16h:12 CET

Tunisie: Avec beaucoup de policiers et peu d'affluence, le pèlerinage juif de la Ghriba s'achève sans incident

Des policiers tunisiens près de l'entrée de la synagogue de la Ghriba, le 6 mai 2015
ASSOCIATED PRESS
Des policiers tunisiens près de l'entrée de la synagogue de la Ghriba, le 6 mai 2015

Des centaines de personnes ont participé au pèlerinage juif de la Ghriba, en Tunisie, qui s'est achevé jeudi soir dans une ambiance détendue malgré un très important dispositif sécuritaire, selon des journalistes de l'AFP.

Par une lourde chaleur, les pèlerins, étrangers et tunisiens, ont pendant deux jours prié, allumé des cierges et déposé des oeufs sur lesquels ils ont écrit des voeux dans une cavité au fond de la synagogue de la Ghriba, la plus ancienne d'Afrique, située sur l'île de Djerba (sud).

Le pèlerinage, toujours fortement protégé, se tient cette année après l'attentat qui a tué 22 personnes au musée du Bardo à Tunis le 18 mars et une mise en garde d'Israël contre des projets d'attaques sur le sol tunisien.

Au vu de "ce qui s'est passé en Tunisie, le nombre est très respectable", a jugé auprès de l'AFP René Trabelsi, l'un des organisateurs, en référence à l'attentat du Bardo.

La police a bouclé les alentours de la synagogue, où seuls pèlerins et journalistes étaient autorisés. Visiteurs et véhicules ont en outre été contrôlés à l'entrée de la "hara kbira", le "grand quartier" juif de l'île, selon des journalistes de l'AFP.

L'affluence reste cependant loin des quelque 8.000 personnes qui se pressaient avant l'attentat suicide au camion piégé de 2002, qui avait fait 21 morts, dont une majorité de touristes allemands.

Organisé chaque année au 33e jour de la Pâque juive, le pèlerinage de la Ghriba est au coeur des traditions des Tunisiens de confession juive, une communauté qui ne compte plus que quelque 1.500 âmes contre 100.000 avant l'indépendance en 1956.

Quelques jours avant le pèlerinage de cette année, Israël avait dit disposer d'informations sur des "projets d'attentats terroristes contre des objectifs israéliens ou juifs en Tunisie", en conseillant de ne pas se rendre dans ce pays.

La Tunisie est "capable de protéger les juifs et les visiteurs de la Ghriba mieux que d'autres pays", a répliqué le ministre tunisien de l'Intérieur Najem Gharsalli.

LIRE AUSSI: Démarrage du pèlerinage de la Ghriba sous haute surveillance

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.