MAROC
07/05/2015 13h:56 CET | Actualisé 07/05/2015 14h:24 CET

"Make art not war": Le court métrage percutant du jeune réalisateur Yanis Ben Jelloun (VIDÉO)

CINÉMA - Dans la famille Ben Jelloun, on demande le fils. À 17 ans, Yanis, dont le père n’est autre que le célèbre écrivain Tahar Ben Jelloun, signe un nouveau court métrage tourné entre Rome, Paris et Tanger.

"Make art not war", c’est un "message de paix en temps de guerre", confie au HuffPost Maroc le jeune réalisateur, qui vit à Tanger. "L’idée m’est venue de faire ce court métrage suite aux récents attentats en France et en Tunisie", explique-t-il.

Au départ, le lycéen passionné de cinéma voulait parler de la montée de l’extrême droite et du Front National en France, après les attaques du 7 janvier à Paris.

"Mais j’ai ensuite changé et voulu aborder le sujet de manière plus générale, en montrant que le mal est partout". D’où l’idée de tourner dans trois villes, de part et d’autre de la Méditerranée.

Réalisé à la force du poignet avec sa sœur et quelques amis qui se sont prêtés au jeu d’acteurs, le petit film de 5 minutes touche par sa simplicité et son message percutant.

Le réalisateur en herbe, qui s’apprête à passer son bac avant de filer en France faire une licence de cinéma, n’en est pas à son premier coup d’essai: "Make art not war" est son dixième court métrage. Tous ses films sont visibles sur son compte YouTube.

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.