MAGHREB
05/05/2015 08h:30 CET | Actualisé 05/05/2015 08h:44 CET

Tunisie: Une commission à l'Assemblée devrait étudier les problèmes de démision à la HAICA

Facebook/Al Bawsala

POLITIQUE - Une commission restreinte à l'Assemblée examinera la possibilité de remplacer les quatre membres démissionnaires de la HAICA et "étudiera les possibilités de la poursuite de son travail".

Selon le député Nida Tounes Khaled Chawket, vice-président chargé de l'information et de la communication, le bureau de l'Assemblée a décidé lundi la mise en place d'une commission pour collecter les informations et les données juridiques suite à une demande de la HAICA, afin de remplacer les membres démissionnaires de son conseil.

"Il est nécessaire d'éclaircir certains aspects juridiques et constitutionnels en raison des accusations de corruption contenues dans la lettre de démission de deux membres de la HAICA", a dit M. Chawket.

Le 27 avril, Rachida Ennaifer et Riadh Ferjani ont annoncé leur démission de l'organe de régulation audiovisuelle "pour protester contre des dérives répétées" liées à l'octroi de licences à plusieurs médias. Ces "dérives" risqueraient, selon eux, de "provoquer la soumission du secteur audiovisuel au pouvoir de l'argent, de la politique et du sport".

"Nous avons voulu étudier les possibilités de la poursuite du travail de la HAICA et comprendre la situation. A partir de là, nous enverrons un rapport au chef du gouvernement. Celui-ci prendra la décision qui conviendra", a indiqué sur Mosaïque FM Bochra Belhadj Hmida, présidente de cette structure parlementaire.

Les membres démissionnaires et ceux encore en exercice au sein de la HAICA "seront auditionnés dans les prochains jours par la commission des droits et libertés de l'ARP", a-t-elle également expliqué à l'agence TAP.

Suite à ces démissions la HAICA s'est défendue et a exprimé son "étonnement":

"L'instance ne subit aucune pression nationale ou internationale et toutes ses décisions ont été prises selon sa libre volonté (...) Il n'est possible de restructurer le paysage audiovisuel (...) qu'en octroyant de nouvelles licences, selon des critères objectifs que l'instance a déjà publiés", avait-elle indiqué.

LIRE AUSSI: Tunisie: La HAICA dans un bras de fer médiatique avec des chaînes de télévision sans licence

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.