MAROC
05/05/2015 04h:46 CET

Hamid Chabat: le secrétaire général de l'Istiqlal monte d'un cran dans la violence verbale

CLASH - A l'approche des élections communales, la violence du discours politique monte d'un cran. Après le clash ayant opposé Abdelilah Benkirane à Driss Lachgar au parlement, mardi 28 avril, c'est au tour de Hamid Chabat de contribuer à l'escalade.

Dimanche 3 mai à Fès, Hamid Chabat a animé un meeting partisan durant lequel il a fait feu de tout bois. "Si Benkirane s'est indigné, lorsque nous l'avons accusé d'appartenir à Daech, ce n'est pas parce qu'il a pris cela comme une accusation gratuite, mais parce que c'est vrai", persiste et signe Chabat qui, par ailleurs, reproche au Chef du gouvernement d'avoir "enregistré, en son nom, des biens appartenant à une association non-reconnue par l'Etat marocain, similaire en tous points à Daech. Il a donc violé la loi, malgré le fait qu'il est Chef du gouvernement", a déclaré Chabat, en référence à l'imprimerie du Mouvement unicité et réforme (MUR), enregistrée sous le nom du Chef du gouvernement jusqu'en 2013. "Contrairement à ce que prétend Benkirane, l'imprimerie ne coûte pas 15 millions de centimes, mais deux milliards et demi de centimes", jure le secrétaire général de l'Istiqlal.

"On a entendu mille fois que le Chef du gouvernement est prêt à démissionner, mais que le peuple l'aime, et ne veut pas qu'il démissionne", se moque Chabat, qui juge ce gouvernement "hors de l'histoire, car il raisonne de manière aussi arriérée".

Le secrétaire général de l'Istiqlal a également remis en question la version officielle sur le décès du ministre Abdellah Baha. Pour lui, "comment se fait-il qu'un ministre meure dans de telles circonstances, dans un accident aussi bizarre ? Il faut que le gouvernement ait le courage politique de dire la vérité sur le décès" de l'ex-ministre d'Etat, selon Chabat.

Le ministre de l'Habitat et secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS) Nabil Benabdellah s'est lui aussi vu consacrer quelques piques. Pour l'Istiqlalien en chef, Nabil Benabdellah "est devenu le gourou et le porte-parole officiel du PJD". Hamid Chabat a promis de "publier ses scandales dans les prochains jours, après qu'il a osé s'attaquer au parti de l'Istiqlal". Hamid Chabat a, entre temps, évoqué "le passage récent de Benabdellah dans une émission télévisée durant laquelle le ministre avait des troubles de l'équilibre. Il faudra adopter un projet de loi pour contrôler la santé intellectuelle et mentale des acteurs politiques avant leurs passages à la télévision, afin qu'ils n'y viennent pas ivres ou drogués".

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.